LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

AU CRÉPUSCULE

(Sutemose) Sharunas BARTAS - Lituanie 2020 2h08mn VOSTF - avec Marius Povilas Elijas Martinenko, Arvydas Dapsys, Alina Zaliukaite-Ramanauskiene, Valdas Virgailis... Scénario de Sharunas Bartas et Ausra Giedraityté.

Du 24/11/21 au 14/12/21

AU CRÉPUSCULEDu fracas des canons au silence des sous-bois, des fumées des batailles aux brumes des forêts baltes, de petits matins pâles en ardents crépuscules, en un ballet secret des hommes se cachent, se battent, se tuent. C’est l’histoire violente d’un affrontement entre deux camps que tout oppose, les Frères de la Forêt lituaniens contre les forces d’occupation soviétiques, au sortir de la Seconde Guerre Mondiale. C’est l’histoire tragique d’un père et d’un fils pris dans les tenailles de l’Histoire, car dans ce genre d’affaire il n’y a pas d’entre deux. Il faut choisir son camp, au risque de trahir et d’en subir les foudres.
Jurgis, le père, est un modeste propriétaire terrien ; aidé de son fils Unté et par Ignas, ouvrier agricole, il exploite ses maigres ressources pour assurer sa subsistance, mais il est loin d’être un koulak, un de ces paysans grassement enrichis que Staline entreprit de liquider en 1930-1931. C’est pourtant ainsi que le perçoivent les nouvelles autorités communistes, qui s’apprêtent à confisquer ses terres au profit des plus humbles, ces terres qu’Ignas convoite avidement. Unté, pendant ce temps, fait la navette entre la ferme et un groupe de partisans cachés dans la forêt profonde. Entre les intérêts des uns et des autres, les mensonges, les intrigues, les trahisons qu’imposent les circonstances objectives ou les veuleries personnelles, la conflagration entre Grande Histoire et destins minuscules va entrainer la perte d’hommes et de femmes qui en d’autres circonstances auraient pu vivre en paix.

Apôtre d’une approche janséniste de la mise en scène, Sharunas Bartas filme à hauteur d’homme en refusant tout effet de manche, tout surlignage de la moindre note d’intention, et va à l’os. C’est armé de son seul talent qu’il s’élance dans la bataille, composant avec la plus grande sobriété les trois actes de sa tragédie. A la fois témoignage historique d’une guerre oubliée, réflexion sur le poison du mensonge et le prix du courage, Au crépuscule est un film d’une poignante beauté tant dans l’expression des sentiments que les personnages éprouvent que dans la manière dont il montre leur quotidien. Sans dialogues superflus, c’est par la seule force d’un regard, d’un geste ébauché, de la lueur d’une bougie sur un visage mutique nimbé de ténèbres – image qu’on croirait toute droit sortie d’un tableau de Georges de La Tour – que surgit la fragile beauté de ces âmes brisées.

Au crépuscule d’une guerre perdue, d’une vie mal vécue ou d’une mort attendue, Bartas recueille les débris de ces existences et les dépose sur l’autel des oubliés. À nous d’accepter de les contempler dans toute leur cruelle nudité.