LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

LA FIÈVRE DE PETROV

Écrit et réalisé par Kirill SEREBRENNIKOV - Russie 2020 2h26mn VOSTF - avec Semyon Serzin, Chulpan Khamatova, Yulia Peresild, Yuriy Borisov... D’après le roman Les Petrov, la grippe, etc. d’Alexei Salnikov.

Du 01/12/21 au 20/12/21

LA FIÈVRE DE PETROVLe monde est malade. Et Petrov a de la fièvre. Dans un bus de ville bondé, engoncé dans son manteau, emmitouflé sous son écharpe, les yeux rougis et le souffle court, Petrov tousse, expectore tout ce qu’il peut, sans souci pour les autres voyageurs du moindre geste barrière, sans la protection de quelque masque que ce soit. La fièvre monte. Sous ses assauts, la nuit sale mais relativement paisible et enneigée de Ekaterinbourg, ville de la Sibérie occidentale, se fait inquiétante, la marche des événements se dérègle, bizarrement ballottée entre les fantasmes et les souvenirs de Pétrov – et ce que son état de santé approximatif lui accorde de perception du réel. Ce qui lui arrive de la rumeur du monde qui l’entoure est tordu, déformé par l’état pitoyable et cotonneux, étouffant, narcoleptique, qui l’ensuque et le saisit de tremblements. Entrainé par son ami (?) Igor, Petrov soigne le mal par le mal – et la fièvre par l’alcool – dans un moment confus où un contrôle de billet peut tout aussi bien conduire un groupe de bourgeois suffisants au poteau d’exécution, où les corbillards ne transportent pas forcément de la viande refroidie, où les belles et peu sages bibliothécaires n’ont rien à envier à l’Uma Thurman de Kill Bill pour animer des rencontres littéraires, où l’on peut converser avec un dentier sans déranger son propriétaire. Et Petrov n’a en ligne de mire, pour faire tomber la température, qu’un lot de cachets d’aspirines périmés datant d’avant la glasnost.

Dès ses premières images, l’effet de La Fièvre de Petrov est saisissant. D’abord par l’environnement maladif de son « héros » : les individus qui le côtoient sont tous, peu à peu, contaminés par sa grippe carabinée – y compris son fils. Tourné bien avant qu’advienne l’épidémie que l’on sait, le film s’en fait le prophète rétroactif en même temps qu’il lui confère un statut allégorique. La maladie qui donne à Petrov la fièvre et fait naître toutes les hallucinations dans lesquelles il nous plonge, c’est celle qui ronge de l’intérieur une société russe qui n’en finit pas de ne pas régler ses comptes avec ses démons ex-et-post-soviétiques. Réalisateur déjà remarqué à Utopia de deux films secs et magistraux (Le Disciple, magnifique plaidoyer contre l’obscurantisme religieux, et Leto, sur les pionniers du rock n' roll russe), Kirill Serebrennikov puise dans le roman d’Alexei Salnikov la matière d’une charge poétique et politique baroque, aussi épuisante qu’époustouflante. Lui-même en butte au régime de Poutine, il passe plus de temps devant les tribunaux que sur les plateaux de tournage, est assigné à résidence depuis 2017 et s’est vu interdire de quitter le territoire russe. Son expérience très concrète du confinement d’avant le confinement nourrit la forme du film : enfermé dans un espace mental sinistre et étouffant, il y déploie sur un rythme effréné une grande liberté d’écriture, met en scène des plans séquences d’une rare virtuosité, fait éclore des moments de pure beauté. Le chaos apparent et parfaitement huilé rappelle l’envolée fantasmagorique dans le Moscou mis sens dessus-dessous par le Diable du Maître et Marguerite de Boulgakov. Au milieu de cet exercice de haute voltige, l’humour grinçant et désespéré dont fait preuve Serebrennikov est, lui aussi, franchement irrésistible.
Il faut juste accepter de ne pas forcément tout comprendre ni même de tout voir – tout n’est pas surligné, ni même forcément expliqué. On doit se contenter, avec Petrov, de ressentir le monde, pour peut-être s’apaiser.