LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

ON MURMURE DANS LA VILLE

(PEOPLE WILL TALK) Écrit et réalisé par Joseph L. MANKIEWICZ - USA 1951 1h51mn VOSTF - avec Cary Grant, Jeanne Crain, Hume Cronyn, Finlay Currie, Walter Slezak... D’après la pièce de Curt Goetz.

Du 01/12/21 au 21/12/21

ON MURMURE DANS LA VILLEProfesseur à la faculté, le Docteur Elwell cherche à discréditer son confrère Noah Praetorius, dont il n’approuve par les méthodes anti-conformistes et auquel il reproche aussi de trop user de sa séduction… Jalousie de mâle autant que de praticien de la médecine.
Insensible à cette cabale, Praetorius fait son boulot et sauve la vie d’une de ses étudiantes, Deborah Higgins, qui a tenté de se suicider : elle est enceinte et célibataire, le père de l’enfant l’a abandonnée… Désespoir. Praetorius la soigne, la rassure… et tombe amoureux d’elle dans le même élan.
Elwell poursuit sa traque à la faute, fouille dans le passé de Praetorius et l’accuse, devant le conseil de la faculté, d’exercice illégal de la médecine dans une boucherie de Goose Creek, quinze ans plus tôt. Les gens du village l’appelaient alors « l’homme miracle » ou « le guérisseur ». Il vivait déjà avec le mystérieux et taciturne Shunderson, son homme de confiance, que les villageois avaient surnommé « la chauve-souris »…
Praetorius va devoir faire face à ces accusations, tout en continuant de pratiquer son métier avec conscience et générosité…

« De tous les films de Mankiewicz, On murmure dans la ville est tout à la fois le plus secret et l’un des plus beaux. Le mélange des genres et les ruptures de ton donnent à cette œuvre ambiguë une surprenante originalité.
« Mankiewicz a toujours été sensible à la vérité des choses et des êtres. L’Affaire Cicéron, Eve, Chaînes conjugales (tous montrés à Utopia, NDLR) ont raconté, chacun à leur manière, la longue quête de Mankiewicz pour atteindre cette vérité, souvent multiforme, à travers les faux-semblants, les apparences et les illusions. Qui est Praetorius? Qui est Shunderson? Quelle est la profondeur de l’amour qui lie la jeune Deborah à son médecin? Autant de questions que Mankiewicz aborde avec son inimitable élégance, passant brutalement de la comédie au drame.
« La dernière scène est à l’image de ce film tendre, pudique et déroutant : admirable. » (André Moreau, Télérama)

Praetorius, c’est Cary Grant, que Mankiewicz voulait absolument pour le rôle « parce qu’il possédait l’essence du bonheur, de la bonne humeur, de la vie ». L’acteur est formidable en médecin plus libre que libéral et il déclarait volontiers qu’On murmure dans la ville était, de tous les films de sa prestigieuse carrière, son préféré.