LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

CINÉMA RETROUVÉ

Également au programme

Jeudi 20 JANVIER 2022 à 20h15

CINÉMA RETROUVÉ


Un nouveau rendez-vous mensuel, consacré aux films classiques et aux raretés du cinéma mondial en copies restaurées, proposé par l’association RIFIFI. Chaque séance sera accompagnée d’une présentation.

PANDORA

(Pandora and the flying Dutchman) Écrit et réalisé par Albert Lewin - GB 1951 2h04mn VOSTF - avec Ava Gardner, James Mason, Nigel Patrick, Shila Sim... Musique d'Alan Rawsthorne - Photographie sublime de Jack Cardiff.

Du 20/01/22 au 20/01/22

PANDORAD’après la légende, Pandore est la première femme créée par Zeus pour se venger des hommes et de Prométhée, voleur de feu. Parée de toutes les qualités, elle fut envoyée sur Terre avec une jarre renfermant tous les maux de l’humanité, que, petite curieuse, elle s’empressa d’ouvrir…
À la fin de l’été 1930, un corps est retrouvé sur la côte espagnole. L’oncle Geoffrey raconte… Pandora Reynolds (Ava Gardner) est une belle chanteuse américaine, adulée de tous. Mettant ses prétendants à l’épreuve, elle demande par exemple à Stephen Cameron, un pilote automobile britannique, de jeter sa voiture du haut de la falaise. En échange, elle lui fait une promesse de mariage. Intriguée par un yacht appartenant à un certain Hendrick van der Zee (James Mason), elle s’y rend à la nage. Ce dernier n’est autre que le Hollandais volant, un marin maudit condamné à naviguer éternellement, autorisé à ne vivre une vie humaine que six mois tous les sept ans. À moins qu’une femme n’accepte de mourir par amour pour lui…

Film mythique s’il en est, Pandora demeure encore aujourd’hui unique en son genre. Un des mariages les plus réussis entre sophistication intellectuelle, esthétique flamboyante et émotion à fleur de peau. C’est également le film qui consacra définitivement l’icône Ava Gardner, qui trouvait là son meilleur rôle (avec La Comtesse aux pieds nus de Joseph Mankiewicz, 1954).
L’extrême richesse et la profondeur de l’histoire pourraient laisser croire que le script serait adapté d’un livre, or il n’en est rien dans la mesure où tout est ici issu de l’imagination d’Albert Lewin. En véritable esthète connu pour sa minutie, Lewin offre un spectacle visuellement somptueux à la hauteur de son intrigue. Porté par la photographie prodigieuse de Jack Cardiff, Pandora propose, en isolant les personnages dans des superbes compositions de plans, des visions baroques et majestueuses inspirées des peintures de Magritte et de De Chirico (à qui un hommage est rendu avec la peinture réalisée pour le film), le tout alternant avec des cadrages expressionnistes inspirés de Orson Welles mettant en avant les silhouettes et les visages de manière saisissante.

Échec commercial à sa sortie, Pandora aura néanmoins gagné avec le temps son statut de chef-d’œuvre pour demeurer aujourd’hui l’un des plus beaux représentants du genre romanesque.

Justin Kwedi, Il était une fois le cinéma