LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

NEIGE

Juliet BERTO et Jean-Henri ROGER - France 1981 1h20mn - avec Juliet Berto, Jean-François Stévenin, Robert Liensol, Paul Le Person, Patrick Chesnais, Jean-François Balmer, Nini Crepon... Scénario de Marc Villard, sur une idée de Juliet Berto. Musique de Bernard Lavilliers et François Bréant.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

NEIGEAnita, elle est barmaid, elle a un grand cœur. Willy lui, Anita il l’aime et c’est pas tous les jours facile. Jocko, lui, est antillais, pour vivre son exil, son « truc » c’est l’église de la Sainte-Trinité dont il est le Pasteur. Tous les trois ils vivent sur les 800 mètres de boulevard entre Barbès et Pigalle. Bobby c’est le môme antillais du quartier, il fait profession de « dealer ». Anita l’a presque élevé ce môme. Anita et ses deux copains, ils vont apprendre le prix du gramme d’héroïne…

Succès inattendu du début des années 1980 et très vite élevé au rang de « culte », le premier film de l’actrice Juliet Berto et du cinéaste Jean-Henri Roger tentait de saisir au présent l’atmosphère bigarrée des quartiers nord (Pigalle, Barbès, la Goutte d’Or) du Paris de l’époque, tout en renouant avec une tradition réaliste à l’ancienne. Nombre d’éléments de Neige relèvent de l’hommage, voire de la citation, et d’un plaisir (contagieux !) à ressusciter, avec les moyens du bord, un cinéma d’un autre âge : intrigue de polar, personnages typés et hauts en couleurs interprétés sans crainte de l’outrance bouffonne (le regretté Stévenin en Hongrois, Chesnais et Balmer en flics un peu minables), goût d’un certain folklore gouailleur ; surgissement de visages familiers, fantômes bienveillants et protecteurs (Eddie Constantine, Raymond Bussières en vieux projectionniste du mythique Trianon, vaste salle alors moribonde, reconvertie dans les films d’aventures et de karaté).
Mais à côté de la nostalgie et du plaisir de redonner vie à ce cinéma du passé, le film s’écrit aussi aussi au présent de 1980 et bénéficie d’une vraie prise de risque : la caméra, presque toujours portée à la main, accompagne les acteurs propulsés dans un univers qui vit sa vie propre, non soumise à la fiction (les passants ne sont à l’évidence pas des figurants) et où l’artifice prend des accents de vérité criante, notamment avec le personnage de Betty, le travesti joué par Nini Crépon.
Surtout, le regard des cinéastes, évitant la complaisance et le jugement réducteur, est toujours en empathie avec les paumés pitoyables et magnifiques de ce Neige assurément daté mais dont la poésie et la générosité continuent d’émouvoir. (merci à avoir.alire.com)