LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Jeudi 19 MAI 2022 à 20h

SOIRÉE OUTRAGES, Pourquoi De Palma a-t-il pleuré ?


Proposée par Fabien Nury en partenariat avec la libraire Mollat

Projection unique suivie d’une discussion avec Nathan Réra, auteur de Outrages – De Daniel Lang à Brian De Palma (Édition Rouge Profond), Maître de conférences en Histoire de l’art contemporain, et Fabien Nury, auteur, scénariste et réalisateur.
Prévente des places au cinéma, à partir du Lundi 9 Mai

OUTRAGES

(Casualties of war) Brian DE PALMA - USA 1989 1h59mn VOSTF - avec Michael J. Fox, Sean Penn, Don Harvey, John C. Reilly, John Leguizamo, Thuy Thu Le... Scénario de David Rabe. Musique de Ennio Morricone.

Du 19/05/22 au 19/05/22

OUTRAGESVietnam, 18 novembre 1966. Une patrouille de soldats américains enlève une jeune paysanne vietnamienne. Elle est violée et tuée dans les heures qui suivent. Seul un soldat s’est opposé à ses camarades et va témoigner contre eux. Ils seront condamnés par un tribunal militaire.
Deux ans plus tard, l’affaire est racontée en détail dans le magazine New Yorker : l’article du reporter Daniel Lang suscite le choc du public et l’intérêt de plusieurs cinéastes. Un jeune réalisateur, Brian De Palma, est hanté et fasciné par le drame dès la publication de l’article. Il va attendre plus de quinze ans avant de pouvoir en donner sa vision.

Los Angeles, 1987. Brian de Palma est, selon ses propres termes, « le génie de la semaine » à Hollywood. Les Incorruptibles fait un carton, le plus gros succès de sa carrière à cette date. Les propositions pleuvent. De Palma préfère engager tout son crédit personnel dans Casualties of war, adapté de l’article de Daniel Lang. Les succès récents de Platoon et Full Metal Jacket permettent de convaincre la Columbia. Michael J Fox et Sean Penn tiennent les rôles principaux. 20 ans après le meurtre, le tournage commence. Brian De Palma est un cinéaste réputé mais controversé. Les détracteurs évoquent son maniérisme, son voyeurisme, et le comparent à Hitchcock – pour mieux le condamner. Ses succès commerciaux (Carrie, Pulsions) sont moins nombreux que ses échecs. Blow out a fait un four, Scarface n’a été qu’un demi-succès dont certains stigmatisent la violence et la vulgarité… De Palma est-il capable de filmer décemment un viol ?

1989. Les modes passent. Après huit ans de Reagan, l’Amérique en a marre de la repentance et envie de triompher. Le Vietnam n’attire plus les foules. Casualties of war est un échec commercial, et essuie des critiques d’une grande violence. Des associations d’anciens combattants se mobilisent pour le condamner. L’excellent scénariste du film, David Rabe, lui-même ancien du Vietnam, se désolidarise du résultat final. De Palma est vilipendé. Il mettra plusieurs années (et plusieurs films) à s’en remettre.
Les modes passent encore. Casualties of war est aujourd’hui considéré comme un chef d’œuvre, au même titre que L’Impasse. Le propos est cinglant – le viol comme aboutissement de toute politique impérialiste – et le film, intègre. Un cauchemar tragique, d’une grande dignité.

Paris, 2017. De Palma est invité à présenter un de ses films à la Cinémathèque et choisit celui-ci. Juste après la projection, il est si bouleversé qu’il ne peut retenir ses larmes. Le vieux cinéaste, réputé coriace, n’est pourtant pas connu pour afficher ses émotions. Nathan Réra est dans la salle. Maître de Conférence en histoire de l’art, féru de cinéma et écrivain (Entretiens avec Paul Verhoeven, Les Chambres noires de David Fincher), il décide d’enquêter. Pourquoi De Palma a-t-il pleuré ?
La réponse est un livre hallucinant, une somme de 600 pages qui nous ramène d’abord au Vietnam, à l’horreur du meurtre. Puis à l’article du New Yorker, aux projets de films… À De Palma, à son équipe, au tournage éprouvant, à la sortie calamiteuse… Le livre décrit avec précision un long chemin de croix, de la guerre au cinéma. Un hommage aux témoins, puis aux artistes. Et au prix qu’ils ont payé, tous, pour raconter ce crime.

(Fabien Nury)