LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

MON AMOUR

Écrit et réalisé par David TEBOUL - documentaire France/Russie 2021 2h52mn - En Français pour la voix off, en VO(Russe)STF pour les interviews.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MON AMOURIl faut parfois partir très loin pour revenir à soi. Cet inclassable essai cinématographique, entre documentaire et journal intime, est autant l’histoire d’un voyage que celui d’un retour. C’est le récit d’un deuil écrit à mille lieues de son épicentre. En 2007, David Teboul a tragiquement perdu celui qui partageait sa vie. Dix ans plus tard, sa peine est toujours intense mais la précision du souvenir s’efface. Le long processus toujours en cours devait le conduire en plein milieu de la Sibérie pour prendre la forme de ce film. Mon amour porte en son cœur une très belle intuition : l’idée que l’amour serait comme un récit qui s’écrit à mesure qu’on le vit, sans qu’on s’en aperçoive, et que si un jour l’amour disparaît, son récit, lui, demeure. David Teboul s’attèle à en retrouver les traces pour pouvoir l’écrire. Mais comment retrouver le sentiment de l’amour quand il a été recouvert par la souffrance et la tristesse ? Tout au long du film, sa voix affectée, presque chuchotée, nous guide sur ce parcours : « il faut aller ailleurs, superposer un autre passé à mon passé, interroger la mémoire des autres pour que la nôtre réapparaisse ». Ce voyage est une tentative de reconstruction narrative d’un amour perdu.

C’est donc dans cet ailleurs radical, un tout petit village au cœur de la Sibérie en plein hiver, que David Teboul est parti chercher ses réponses les plus intimes. Un territoire sans limite, capable d’avaler n’importe quelle solitude, de submerger n’importe quelle sensation de vide. Tout au long du film, David Teboul y trouve un espace propice à l’introspection. Le temps semble ne pas s’écouler, imposant aux images une dimension photographique. De longs plans panoramiques captent une nature souveraine et aride alors que le texte dit en off se veut volontiers littéraire, créant un ensemble intimiste et lyrique à la fois.
En contrepoint, des entretiens avec les habitants de tous âges alimentent une réflexion sur l’amour. Toujours en retrait, David Teboul les interroge sur leurs vies sentimentales. Comment conçoit-on les relations amoureuses dans ces contrées isolées ? Une jeune femme longtemps déçue par les hommes raconte sa rencontre avec celui qu’elle n’attendait plus ; un vieil homme déclare avoir préféré rester au village que d’accompagner sa femme à la ville sans pourtant avoir jamais cessé de l’aimer ; un homme confesse avoir tué l’ex-mari violent de sa femme ; un couple témoigne de son histoire fusionnelle depuis près de cinquante ans, etc. Au rythme de témoignages souvent bouleversants, Teboul amasse autant de réponses que d’expériences racontées.

Passionnel, tumultueux, tendre ou bienveillant : si l’amour est universel, il prend toujours une forme singulière. Comme si le détour par d’autres vies lui indiquait le chemin, David Teboul évoque peu à peu sa propre histoire, son amour pour Frédéric, leurs moments de plénitude, mais aussi les tourments qui ont poursuivi leur couple et terni la vie d’un homme à qui le bonheur se refusait. Ce portrait de l’être aimé, autant que celui des habitants interviewés, tient lieu d’une reconstruction possible. Le souvenir restera toujours douloureux, mais le film laisse la trace d’un apaisement. Les paysages de Sibérie semblent ne jamais connaître la fin de l’hiver. Mais soudain la pureté de la neige immaculée et l’indifférence de cet immensité au temps qui passe forment une toute autre promesse. Celle qu’au bout du monde, il y a un recommencement.

Projections les 6, 10, 12, 13, 17 et 18/07