LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

DES OISEAUX PETITS ET GROS

(UCCELLACCI E UCCELLINI) Pier Paolo Pasolini - Italie 1966 1h31mn VOSTF - Avec Toto, Ninetto Davoli, Femi Benussi...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DES OISEAUX PETITS ET GROSOn voit un père et son fils qui marchent sur la route. Ils sont joués par Toto, l’acteur le plus célèbre de la comédie italienne, et Ninetto Davoli, l’acteur fétiche de Pasolini. Toto dit qu’on n’attrape rien avec la lune. Même les poissons se cachent. Il faut attendre la marée haute. On passe du coq à l’âne dans la conversation, Ninetto allant jusqu’à faire l’éloge du dentier de maman. Dès le début, avec ces deux silhouettes sur la route, c’est à Charlot le vagabond qu’on pense, même si le récit, picaresque et allégorique, s’inspire tout autant de la fable que de Chaplin.

Après avoir appris à danser, dragué une fille déguisée en ange, Ninetto traverse des rues avec des noms impossibles et demande à son père comment on fait pour mourir. Toto répond qu’il ne sait pas, il n’a jamais été mort. C’est à ce moment que se présente à eux un corbeau qui parle. « Vous voulez que je vous accompagne ? », demande l’oiseau noir. Il précise qu’il «vient de l’Idéologie, rue Karl-Marx», c’est un corbeau de gauche.
Le corbeau raconte une histoire et voilà nos deux compères transformés en moines du XIIIe siècle, qui se mettent en route pour évangéliser les oiseaux. Il faut d’abord apprendre à leur parler et Toto s’essaye tant bien que mal aux cris d’oiseau. Ils prient pendant plusieurs saisons, l’automne, l’hiver neigeux et le retour du beau temps. Après un an de silence, la gorge de Toto se bloque et de vrais cris d’oiseaux sortent enfin de sa bouche. Il parle d’amour aux faucons qui, apparemment, le comprennent (le langage-oiseau est sous titré). Mais après avoir évangélisé les faucons, il faut faire de même avec les moineaux.

Toto trouvera qu’avec les moineaux le langage est en fait le sautillement et pas les cris. Eux aussi seront évangélisés. Et le chemin sur la route de Toto et Ninetto pourra continuer.

Louis Skorecki dans Libération