LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

L’ANGE ROUGE

(Akai Tenshi) Yasuzô MASUMURA - Japon 1966 1h35mn VOSTF - avec Ayako Wakao, Shinsuke Ashida, Yûsuke Kawazu, Ranko Akagi... Scénario de Ryozo Kasahara d’après le roman de Yorichika Arima. Copie restaurée 4K.

Du 23/11/22 au 05/12/22

L’ANGE ROUGE1939. Débarquée en Chine en plein conflit sino-japonais, l’infirmière Sakura vit comme un véritable sacerdoce sa mission au sein d’un hôpital de campagne démuni. À sa tête, le Docteur Okabe affronte la tourmente grâce à la morphine. La jeune soignante, devenue ange de miséricorde, tisse alors des rapports troubles avec son supérieur et les blessés.
Le nom de Yasuzô Masumura peine à s’extraire de son statut de secret bien gardé. La faute à des (res)sorties erratiques de ses films en France (La Bête aveugle, Tatouage…). L’Ange rouge, un de ses plus beaux films, avait ainsi quitté nos radars depuis plus de trente ans. Masumura est pourtant l’archétype de ces cinéastes de génie, capables d’abolir les frontières entre cinéma de genre et d’auteur en insufflant leur vision dans tous les sujets proposés par les studios.

Filmant dans les coins sombres de la société japonaise, le cinéaste signe avec L’Ange rouge un implacable réquisitoire contre la guerre et l’impérialisme nippon. C’est également une pièce maîtresse dans la longue collaboration qu’il entretint avec la formidable actrice Ayako Wakao, toujours en femme forte, centrale, fatale de son cinéma et agissant comme un révélateur. Position assumée par le réalisateur : « Contrairement à l’homme, qui n’est qu’une ombre, la femme est un être qui existe réellement, c’est un être extrêmement libre. »
À rebours de Yukio Mishima, exalté par le militarisme fanatique du Japon de l’époque, Masumura brosse un portrait bien éloigné de la soumission viriliste à l’Empereur. La guerre n’apporte que désolation aux hommes et l’infirmière Sakura (cerisier en japonais, donc renaissance), sous des atours de sainte nimbée d’un érotisme cathartique, opère dans ce chaos un renversement de valeurs des plus transgressifs qui n’est pas sans rappeler un certain Empire des sens.

En maîtrisant les hors-champs et s’interdisant toutes les facilités scénaristiques et visuelles qu’un tel sujet appelait, Masumura signe un chef-d’œuvre méconnu, enfin visible dans des conditions optimum !