LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

ASHKAL, L’ENQUÊTE DE TUNIS

Youssef CHEBBI - Tunisie / France 2022 1h31mn VOSTF - avec Fatma Oussaifi, Mohamed Houcine Graya, Rami Harrabi, Hichem Riahi... Scénario de Youssef Chebbi et François-Michel Allegrini. Quinzaine des Cinéastes, Festival de Cannes 2022 • Trois prix au Cinemed (Festival du cinéma méditerranéen) de Montpellier 2022 : Antigone d’or du Meilleur film, Prix de la critique, Prix de la Meilleure musique. Musique originale de Thomas Kuratli.

Du 25/01/23 au 14/02/23

ASHKAL, L’ENQUÊTE DE TUNISPolar fascinant, à la lisière du fantastique, Ashkal déroule une enquête au cœur d’un immeuble en chantier des Jardins de Carthage, quartier de Tunis promis à un essor bourgeois, mais dont les constructions furent stoppées net après la Révolution du jasmin et la chute de Ben Ali. Dans les entrailles grises d’un des bâtiments abandonnés est retrouvé un premier corps calciné. Puis un deuxième… Début d’une épidémie d’immolations étranges, dont deux flics – Fatma et Batal -–tentent de démêler la cause, au sein d’une institution policière gangrenée par la corruption. Suicides ? Meurtres ? Pistes terroriste ou tueur isolé ?

Youssef Chebbi s’empare ici des codes du film noir autour de cette enquête policière menée par deux personnages antagoniques, aux énergies distinctes : d’un côté le policier massif désenchanté qui tente maladroitement de trouver sa place dans une police ultra corrompue tout en pensant à sa famille chez lui, et de l’autre côté une jeune inspectrice, issue par son père d’un milieu aisé, qui défend les droits de l’homme et qui souhaite faire changer la société en se plongeant au plus près de la réalité. La jeune femme qui poursuit ses enquêtes comme des obsessions est une profonde solitaire, qui souffre beaucoup à s’intégrer dans des milieux sociaux qui la rejettent.
Loin des conventions de la fiction policière classique, l’investigation elle-même devient une errance nocturne, un retour obsessionnel dans des lieux déserts, carcasses à ciel ouvert filmées comme des divinités de béton, énigmes géométriques, où se perdent les personnages… Le réalisateur choisit de s’échapper du réel pour suggérer, en longs plans hypnotiques, la contagion d’une violence pure, incandescente, incompréhensible, mais habilement instrumentalisée par le pouvoir pour légitimer d’autres violences.
Dans la société en transition évoquée par Youssef Chebbi, l’« épreuve du feu », brandie comme un motif obsédant et hautement symbolique (la Révolution du jasmin a débuté par l’immolation d’un vendeur de fruit et légumes), reste pourtant, de bout en bout, nimbée d’un persistant mystère. Où se situe le mal ? Comment nait-il ? Brillante métaphore, aux interprétations multiples, ce premier film d’une beauté sombre et d’une maîtrise formelle étonnante maintient une tension permanente. (merci à Télérama et Médiapart)