LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

ERNST LUBITSCH, THE KING OF COMEDY

Du 26/02/20 au 31/03/20


  • CLUNY BROWN

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Tout commence par un évier bouché qui sent atrocement mauvais. De quoi gâcher la réception que donne le très élégant Hilary Ames en l'honneur de la très distinguée Betty Cream, qui ne va pas chez n'importe qui. C'est Dimanche et le plombier se fait attendre... Mais voilà qu'on sonne à la porte. Son sauveur à molettes, espère le très soulagé Hilary. Déception : le visiteur est Adam Belinski, un curieux pique-assiette à la langue bien pendue. Nous apprendrons que c'est un réfugié politique tchèque... (lire la suite)


  • HAUTE PÈGRE

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    D’après les historiens du cinéma, Trouble in paradise était le film préféré de Lubitsch. On peut faire confiance à la sûreté de son goût et donc se précipiter sans hésitation pour voir cette merveille de comédie satirique. Jamais sans doute le génial réalisateur de To be or not to be et de quelques autres chefs d’œuvre n’a poussé plus loin l’élégance de sa mise en scène, pleine de litotes et de sous-entendus. Jamais sans doute il n’a déployé plus de charme et de virtuosité pour créer un univers ... (lire la suite)


  • LA HUITIÈME FEMME DE BARBE-BLEUE

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Il ne faut jamais rater le générique au début d’un film. Car, qui sait si au détour de ce défilé de noms ne nous attend pas une bonne surprise ? Une distribution de choix d’abord : Claudette Colbert et Gary Cooper, par exemple. Couple charmant, promesse d’une histoire d’amour pleine d’élégance et d’auto-dérision : l’une nous a déjà prouvé son talent pour la comédie dans New York-Miami de Frank Capra (1934) ; l’autre n’incarne pas encore le cow-boy à la virilité assumée et peut se permettre de jo... (lire la suite)


  • SÉRÉNADE À TROIS

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Subversif… Le qualificatif sied parfaitement à Ernst Lubitsch (1892-1947). Le réalisateur d'origine allemande, débarqué à Hollywood en 1923, semble prendre un malin plaisir à provoquer les spectateurs en leur donnant à voir des histoires scandaleuses où les clichés volent en éclats en même temps que les convenances. Ses romances sont tout sauf des bluettes. Elles comportent, presque toujours, un sous-texte révolutionnaire pour l'époque. Se jouant des codes de la séduction, où les hommes sont cen... (lire la suite)