BORDEAUX

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des trente dernière secondes (1)
Vous trouverez ici les archives du quiz des “trente dernières secondes” //////////////////////////////////////// Mercredi 6 janvier Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

Journal du 2ème confinement
Ici sont archivés les publications mises en ligne lors du 2ème confinement, du 30 octobre au 14 décembre 2020     En attendant de nous retrouver, on signe et on relaie cet appel de David Dufresne, réalisateur du film UN PAYS QUI SE TIENT SAGE. Chers ami(e)s, Samedi prochain, à 14h, se tiendront d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Bo WIDERBERG, CINÉASTE REBELLE

Du 29/07/20 au 17/08/20

Rétrospective, partie 1

Ce n’est que depuis quelques années qu’on redécouvre enfin l’œuvre passionnante de Bo Widerberg, grand cinéaste suédois dont la pourtant riche et longue carrière (de 1963 à 1995) est restée dans l’ombre envahissante de celle du génial mais encombrant Ingmar Bergman – il n’est sans doute pas inutile de rappeler que Widerberg se présentait lui-même, dès ses premiers pas de cinéaste, comme l’anti-Bergman.
Utopia Bordeaux a déjà célébré Widerberg avec deux premières pages de gazette consacrées à deux de ses plus beaux films : Joe Hill et tout récemment La Beauté des choses, sa dernière réalisation.
Quelques autres titres ont été programmés à l’occasion de « La Classe ouvrière, c’est pas du cinéma » ou de « Polar en cabanes », preuve que l’œuvre protéiforme de Widerberg peut être abordée sous des angles très différents. L’heure était venue de lui consacrer une vraie rétrospective, c’est chose faite grâce au distributeur Malavida, grand artisan de la redécouverte de ce cinéaste majeur.
Première partie de l’hommage cet été avec 6 films, réalisés entre 1962 et 1971. Il faudra patienter jusqu’à l’année prochaine pour la partie 2.


  • ADALEN 31

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    C’est une fiction racontant l’histoire d’une grève ouvrière, filmée en refusant les codes habituels du film social, même si elle relate des événements qui se sont réellement produits en 1931 dans une province un peu reculée de Suède. Quand le film commence, la grève dure depuis plus de trois mois. Les informations sur son origine et son organisation restent lacunaires, succinctes : on entre directement dans le vécu quotidien d’une famille dont le père participe à la grève ; la mère travaille san... (lire la suite)


  • AMOUR 65

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Cinéaste en vue, Keve est marié à la belle Ann-Marie avec qui il a une petite fille. Mais le mariage bat de l’aile et Keve peine à trouver l’inspiration. Comme chaque été, il organise une fête dans sa villa du bord de mer avec ses amis ; mais cette année, trois nouveaux s’invitent à la fête : Björn, sa femme Evabritt et l’acteur Ben Carruthers… Un souffle de liberté et de sensualité dans le cinéma suédois, fortement influencé par les premiers films de John Cassavetes.... (lire la suite)


  • ELVIRA MADIGAN

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Voici un film qui ne traite pas d’un thème directement social ou politique, bien qu’il raconte l’histoire d’un amour interdit dans une société où la morale demeure très conservatrice. Construit sur un fait divers qui a réellement eu lieu à la fin du xixe siècle en Suède et au Danemark, le film met en scène deux personnages dont le destin tragique eut alors une immense résonance. Elvira Madigan, danseuse de corde virtuose de vingt-deux ans dans un cirque, dont elle est la star adulée, s’enfuit av... (lire la suite)


  • JOE HILL

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Souvenez-vous, spectateurs fidèles : il y a six ans bien tassés, on vous montrait un film extraordinaire dont peu d'entre vous connaissaient l'existence : The Molly Maguires de Martin Ritt, plongée épique, à la fin du xixe siècle, chez les soutiers irlandais qui travaillaient, militaient et menaient des actions subversives dans les mines de Pennsylvanie. Votre enthousiasme avait été à la mesure du nôtre : grand souvenir ! Eh bien c'est une découverte de la même trempe qu'on vous propose aujourd... (lire la suite)


  • LE PÉCHÉ SUÉDOIS

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Suède, années 1950. Britt Larsson, jeune ouvrière en usine, fait la connaissance de Björn, d’origine bourgeoise, cultivé mais compliqué, qui disparaît aussitôt. Elle rencontre ensuite Robban, jeune guitariste et chanteur, dont elle tombe enceinte. Elle décide de garder l’enfant. Mais leur « couple » ne tient pas le choc, elle emménage seule mais Björn réapparaît par le plus grand des hasards… Tableau d’une jeunesse qui se cherche et rejette les tabous, magnifique portrait de femme libre dans l’... (lire la suite)


  • LE QUARTIER DU CORBEAU

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Le second long métrage de Bo Widerberg s’attache à la description de la vie d’une famille ouvrière au milieu des années trente dans le port de Malmö, la ville natale du réalisateur. Le père sombre dans l’alcoolisme, la mère travaille dur pour assurer le pain quotidien, et le fils, qui refuse cette existence, rêve de devenir écrivain. Le Quartier du corbeau est tourné en décor réel, dans un vieux quartier décrépit de la ville, et revêt des accents nettement autobiographiques, dans la mesure où W... (lire la suite)