LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

FERMETURE DU CINEMA
Suite aux mesures liées au Coronavirus, le cinéma sera fermé jusqu’à nouvel ordre.Merci de votre compréhension, et à très vite.... Lire FERMETURE DU CINEMA...

PENDANT LES TRAVAUX, LE CINÉMA RESTE OUVERT !
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.21cmL’accès à Utopia n’est pas tous les jours facile, mais on dira ce qu’on voudra : l’élargissement de l’avenue du Dr Pezet apporte une belle respiration et pas mal de lumière. Les arbres transplantés aux Prés-d’Arènes ou chez nos voisins de la Pasqu...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

En collaboration avec le Festival Jazz à Junas

Séance unique le jeudi 20 novembre à 20h, suivie d'une rencontre avec Guy Lochard.

NEW-ORLEANS

Arthur Lubin, 1947, 1h30, avec Arturo de Cordova, Dorothy Patrick, Louis Amstrong, Billie Holiday…

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)



Ce film est une incontestable rareté en France où il est pratiquement passé inaperçu lors de sa sortie en 1947… et où il était depuis tombé dans l’oubli. Il nous plonge au départ dans le « bas-quartier » de Storyville dans la Nouvelle-Orléans des années 20. Propriétaire d'une maison de jeu, Nick Duquesne y abrite également dans un club voisin des musiciens de jazz dont le leader est Louis Amstrong. Cet aventurier au grand cœur noue une idylle avec une cantatrice, attirée de même que son professeur par cette musique taxée de tous les vices pour les grandes familles orléanaises. Issue de l’une d’entre elles, la mère de la chanteuse n’aura alors de cesse de faire expulser Nick. Il déménage à Chicago, où découvrant le succès rencontré par la musique de jazz, il fait venir Louis Armstrong dont la carrière va connaître alors une ascension fulgurante au même titre que des orchestres blancs comme celui de Woody Herman.

Inspiré initialement par Orson Welles et scénarisé par deux victimes ultérieures (Herbert J Biberman et Elliot Paul) du Maccarthysme à Hollywood, ce film a bénéficié d’un appui de National Jazz Fondation. Il puise donc à un fonds historique en soulignant les racines afro-américaines de la musique de jazz et en évoquant sa migration progressive vers le Nord après l’épuration du quartier de Storyville‡. Et ce même si, d’évidence imposé par des producteurs, son épilogue est pour le moins inattendu. Sinon paradoxal. On peut le recevoir comme une comédie sentimentale. Il vaut tout autant et peut être davantage pour la présence d’un autre couple composé de Louis Armstrong et de Billie Holiday, la « Lady day » dont ce sera pourtant l’unique apparition à Hollywood.