LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Dernier Ciné trico'thé de la saison !
On se retrouve le samedi 1er juin dans le hall du cinéma après la séance - vers 16h - de L’ADIEU À LA NUIT, pour papoter, siroter un thé (sûrement glacé !) et tricoter !... Lire Dernier Ciné trico'thé de la saison !...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

Mardi 5 mai à 20h, séance suivie d’une rencontre avec José Miranda, travailleur social à "l'Abri", et Sophie Chabanel auteure de « Le principe de réalité » (éditions Plein jour)
À l'initiative de la Fondation Abbé Pierre et en partenariat avec la Ligue Des Droits De L’homme, la Fnars, le Secours Populaire, le Secours Catholique, Médecins Du Monde et l’Uriopss – et la librairie Le grain des mots.

L'ABRI

Fernand Melgar - documentaire Suisse 2014 1h41mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L'ABRI« La force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres. » Préambule de la Constitution suisse.

Quand on pense à Lausanne, la prestigieuse place financière helvétique, on ne pense évidemment pas précarité et mal logement. Et pourtant depuis quelques années, au cœur de l'hiver rigoureux où les températures avoisinent souvent les moins dix degrés, se pressent chaque soir dans un parc excentré, au bout d'un tunnel donnant sur un local de la ville, une centaine d'hommes, femmes et enfants espérant trouver pour la nuit un lit, un repas et un peu de chaleur. Car si les Helvètes profitent de programmes d'insertion et d'accompagnement rendant très rares les cas de sans abri chez les nationaux, familles Roms souvent réduites à la mendicité et à dormir dans leurs voitures, Africains de la zone subsaharienne ou exilés des printemps arabes errant avec un visa Schengen, et même désormais, victimes de la crise des pays du Sud, Italiens ou Espagnols arrivent à Lausanne dans l'espoir d'un avenir meilleur. Face à cela, de façon typiquement suisse, la commune a réagi de manière paradoxale, réprimant toute tentative des SDF qui voudraient dormir dehors, faisant réveiller toute personne assoupie sur un banc, fermant tous les lieux publics la nuit, incitant toutes les copropriétés à se munir de digicodes pour éviter les intrusions… mais développant dans le même temps un hébergement d'urgence malheureusement insuffisant.

Tous les soirs peu avant vingt-deux heures se pressent donc devant « L'Abri » une centaine de candidats, chacun espérant décrocher une des cinquante places disponibles. Et à vingt-deux heures tous les soirs, les courageux employés du lieu doivent se livrer à une tâche cruelle : sélectionner en quelques secondes, dans une bousculade souvent indescriptible, celles et ceux qui rentreront et selon quels critères. On laissera rentrer les familles avec enfants mais on refoule parfois les pères, on accepte celles et ceux qui ne causent pas de problème, il faut savoir, sans tomber dans les quotas ethniques, équilibrer entre Roms et Africains…

Alors bien sûr ce film pose les questions essentielles sur l'hébergement d'urgence et son fonctionnement, mais il observe aussi les mutations du monde, notamment à travers le portrait de ce couple d'Espagnols ruinés perdus dans la cité helvète. Mais surtout L'Abri est un film d'immersion profondément humaniste qui magnifie autant les migrants SDF que ceux qui les aident, avec leur fragilité, leurs faiblesses et qui parfois ne se dépêtrent pas entre leur empathie et le pragmatisme nécessaire à leur fonction. On se met à voir comme des personnages de cinéma autant ce père Rom rondouillard et héroïque envers sa famille que José, beau gosse latino, blagueur, grande gueule au grand cœur, toujours dévoué envers les SDF. Avec des scènes magiques comme cette Saint-Sylvestre où le centre s'ouvre pour une fiesta Rom débridée. Le cinéaste suisse Fernand Melgar, qui nous avait déjà remués avec Vol spécial, tourné dans un centre de rétention à deux pas des pistes de l'aéroport de Genève, confirme son regard lumineux, tendre et optimiste sur une humanité qui souffre mais ne renonce jamais.