UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

Loi « sécurité globale » : « un outil pour permettre aux forces de l’ordre de cacher leurs dérapages »
Lu dans le journal Le Monde https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/11/05/loi-securite-globale-un-outil-pour-permettre-aux-forces-de-l-ordre-de-cacher-leurs-derapages_6058574_1653578.htmlJournalistes indépendants, collectifs, associations et syndicats se mobilisent contre un texte qu’...

SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE
Crowdfunding sur Ulule - cliquez sur « me prévenir du lancement » ou écrivez nous à pont-sainte-marie@cinemas-utopia.org... Lire SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE...

Séance unique le jeudi 5 novembre à 20h, suivie d'une rencontre avec Edmond Baudoin, dessinateur et Frédéric Debaumy, scénariste.
En partenariat avec la librairie Azimuts.

EDMOND, UN PORTRAIT DE BAUDOIN

Laetitia CARTON - documentaire France 2015 1h20mn - Production Kaléo Films.

CETTE SÉANCE EST PROPOSÉE EN VERSION SOUS-TITRÉE POUR SOURDS ET MALENTENDANTS


(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

EDMOND, UN PORTRAIT DE BAUDOIN« On l’appelle Baudoin ». Ce film de Laetitia Carton est une pépite qui brille et nous enivre, parfaitement lumineux, une expérience intellectuelle et sensorielle. C’est à la fois une réussite à nous transmettre la pourtant difficile appréhension de ce qu’est le processus de création d’un artiste, et l’exploit de nous sentir invités dans la trajectoire de vie de ce dessinateur humble et monumental. Baudoin, Edmond pour les intimes est une figure majeur du monde de la bande dessinée et un illustrateur français, né en 1942 à Nice et ce n’est pas moins que quarante albums parus, trois prix du festival d’Angoulême, dont celui du meilleur album en 1991 pour Couma acò. Les albums de Baudoin sont principalement en noir et blanc, une originalité graphique qui se situe entre la peinture et la bande dessinée. Le fait qu’il utilise des pinceaux, et qu’il progresse debout pour travailler ses aplats n’est sans doute pas étranger à cela. Il aime danser Edmond. Ses albums racontent sa vie, ses potes, la fratrie, la mer, tous les chemins vus, parcourus.

Ce film est salutaire dans sa performance à nous rappeler notre capacité a créer et être libre. Quand Baudoin écrit, peint, dessine, c’est tout son corps qui parle, et lui permet alors l’ouverture, la réflexion et le recul nécessaire. Sûrement voit-il certaines choses que l’on ne voit pas. On suit Baudoin, on s’attarde a l’écouter sur ce qu’est selon lui la création, la sienne, celle de tous, de chacun. Edmond nous invite dans sa vie, dans l’exploration de son travail, ses espaces, ses interrogations, ses confidences. Il nous touche et nous emporte avec lui. Mais ici on n’explique pas tout, on laisse la place au silence.
Laetitia Carton elle-même issue des Beaux-Arts est décidément toujours juste. La caméra de la réalisatrice semble se confondre avec le regard de Baudoin, quand il fixe au plus loin les montagnes ou suit les aller-retours courbes de son pinceau. Son rythme maîtrisé soigneusement articulé, nous convoque dans son univers intime et singulier avec tact et intelligence et laisse toute latitude aux spectateurs pour puiser dans l’imaginaire de Baudoin des parcelles de nos propres vies. Mais par quelle grâce réussit-il a nous émouvoir autant par ce geste simple, symbolique, paradoxal et bouleversant, peindre à l’eau du bout d’un pinceau géant, à même le sol, un décor éphémère, mais support de tous les possibles. C’est bien là le rapport complexe d’immédiateté et d’éternité pour une création qui ne restera décidément pas pérenne. Le doit-elle d’ailleurs ?

Là en ombre chinoises se mélangent les corps et les signes, le signifiant et le signifié se mélangent sur un même support, la courbe au sol, comme les courbes des femmes qu’il aime passionnément. Dans son trait se condense presque tout ce qu’est la création, la possibilité d’un geste libérateur face au cadenas de nos vie. Baudoin dit « Je crois que la vraie création, la création dans son essence, l’acte premier, c’est l’amour. Faire l’amour »
Le jour de la réception de son premier prix à Angoulême, Edmond déclare : « je l’ai l’interprété comme « On t’a suivi jusque là, tu peux aller plus loin. Deviens encore un peu plus toi-même ». Si vous voulez goûter au fruit du bonheur, de la liberté, pour l’amour de l’art ! Courez-voir ce film. C’est une rencontre avec un créateur, humaniste et ça fait du bien.

Rencontre-dédicace avec Edmond Baudoin dans l'après-midi, à la librairie Azimuts
13 et 15 rue Saint-Guilhem
34000 MONTPELLIER
Tél : 04.67.66.35.81
librairieazimuts@wanadoo.fr