Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

APPEL À PARTICIPATION
À force de tricoter bien au chaud, en papotant au ciné, un projet est né : l’envie de réaliser un ouvrage collectif, de petits carrés d’environ 10cm x10cm, cousus les uns aux autres pour former des couvertures. Que nous enverrons à l’Auberge des migrants, à Calais. L’hiver approche – plus ru...

CINÉ TRICO'THÉ
    Prochain CINÉ TRICO’THÉ, le samedi 4 novembre pour la séance de OTEZ-MOI D’UN DOUTE à 13h50. Retrouvons-nous dans le hall après la projection du film, pour en discuter autour d’un thé et … tricoter ! Disons vers 15h20 !... Lire CINÉ TRICO'THÉ...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

JEUDI 23 MARS à 19h30
séance en présence des réalisateurs
HAMÉ et EKOUÉ (la Rumeur)!!!


LES DERNIERS PARISIENS

Écrit et réalisé par HAMÉ et EKOUÉ (La Rumeur) - France 2016 1h45mn - avec Reda Kateb, Slimane Dazi, Mélanie Laurent, Constantine Attia, Bakary Keita, Willy L'Barge...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES DERNIERS PARISIENSUn formidable premier film. Urbain, nocturne, tendu, sur le fil d'une caméra à l'épaule qui se faufile dans l'effervescence de la ville. Habité par des bons et des mauvais gaçons qui se croisent, se confrontent, des types pas forcément dans les clous, pas toujours dans la légalité. Mais on est loin des clichés des films de bande, des histoires toutes faites de lascars camés et brutaux qui règlent leurs comptes à la kalach. Pas d'accès de violence excessifs, pas de romantisme complaisant sur la vie rêvée des anges noirs du bitume. Juste le quotidien ordinaire d'un quartier parisien restitué avec une justesse aussi lucide que chaleureuse.

On va suivre Nas (Reda Kateb), trentenaire fraîchement sorti de prison, qui retrouve à Pigalle son frère aîné Areski (Slimane Dazi), patron d'un bar de quartier, un petit troquet d'habitués, relativement serein. Nas est en liberté conditionnelle, sous contrôle d'un agent de probation (Mélanie Laurent), et il va devoir travailler comme simple serveur pour son frère, ce qui ne l'enchante guère. Entre les deux hommes, l'un pressé de goûter de nouveau à la liberté, aux frissons du monde de la nuit, et l'autre attaché avant tout à préserver une vie paisible, la cohabitation va vite devenir difficile. Areski apprécie peu les anciens amis de Nas, et quand celui-ci veut convaincre son aîné de transformer son bar en lieu de fêtes pour VIP, on devine sans peine sa réaction, rien moins qu'enthousiaste…
À travers le rapport conflictuel et l'amour contrarié des deux frères, les réalisateurs Hamé et Ekoué – bien connus des amateurs de rap authentique en tant que membres fondateurs de La Rumeur, groupe unanimement respecté pour la qualité de sa production et son intégrité artistique – décrivent de manière extrêmement intelligente l'évolution d'une génération en même temps que celle d'un quartier de Paris qui leur est cher.
Nas et Areski, c'est le jour et la nuit. Areski a tout fait pour partager la vie des classes moyennes, trouve son équilibre dans un travail régulier et des perspectives d'avenir paisibles. Nas, lui, vit dans l'instant, profite de l'argent rapide qui circule en permanence. Une vie de petits arrangements, de business brièvement florissants, de fêtes où le champagne coule à flots et où défilent les filles un peu faciles. À travers ses choix on découvre cette génération de trentenaires qui ne croit plus au plan épargne logement et au CDI mais prèfère brûler la vie par les deux bouts.




Quant au quartier, c'est Pigalle, que les réalisateurs filment superbement. Dans les années 90, Pigalle était synonyme de fête, d'excès, d'énergie folle. Mais Pigalle n'est plus le même. Hamé et Ekoué l'ont vu changer au quotidien et nous le font ressentir. La spéculation immobilière au profit d'enseignes franchisées chasse, petits commerces après petits commerces, les indépendants et la vie authentique du quartier. Et c'est une réflexion à l'échelle de Paris tout entier, une ville où la ségrégation sociale chasse toujours plus loin ceux qui ne font pas partie des élites. Servi par deux acteurs remarquables, Les Derniers Parisiens est à la fois une histoire de famille bouleversante et une vision authentiquement politique de l'évolution de la vie urbaine. Passionnant.