LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CINÉ TRICO'THÉ
    Prochain CINÉ TRICO’THÉ, le samedi 2 décembre pour la séance de AU REVOIR LA-HAUT à 13h50. Retrouvons-nous dans le hall après la projection du film, pour en discuter autour d’un thé et … tricoter ! Disons vers 15h40 !... Lire CINÉ TRICO'THÉ...

APPEL À PARTICIPATION
À force de tricoter bien au chaud, en papotant au ciné, un projet est né :  l’envie de réaliser un ouvrage collectif, de petits carrés d’environ 10cm x10cm, cousus les uns aux autres pour former des couvertures. Que nous enverrons à l’Auberge des migrants, à Calais. L’hiver approche – plus r...

Programmé dans le cadre des IVe Rencontres Ethnologie & Cinéma Déplacer le regard. Proposées par l'association OASIS (ethnocine.msh-alpes.fr) en partenariat avec le Centre d’art La Fenêtre, l'Université Paul Valéry Montpellier (Département d’Ethnologie, UFR5, Département Cinéma et Théâtre, UFR1) et le Centre Culturel Universitaire.

Mercredi 15 mars à 20h, projection présentée par Maxime Scheinfeigel, professeure en Esthétique et Histoire du cinéma à l'Université Paul Valéry-Montpellier 3.

LA CHASSE AU LION À L’ARC

Jean ROUCH - documentaire France 1965 1h17mn - Lion d’or à Venise en 1965.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA CHASSE AU LION À L’ARCMoins connu – même s’il reçut le Lion d’or à Venise en 1965 – que Moi, un Noir ou La Pyramide humaine, La Chasse au lion à l’arc de Jean Rouch est l’un des plus beaux films de toute l’histoire du cinéma.

Filmé à la frontière du Niger et du Mali, dans la brousse « qui est plus loin que loin, le pays de nulle part », le film décrit par le menu les différentes étapes et les rituels de la chasse au lion dans cette région d’Afrique située à l’ouest du fleuve Niger. Et, comme le spectateur le découvre, c’est très compliqué. On ne tue pas un lion comme ça. Il faut respecter des règles très précises. Le lion est « l’ami du berger peul. De temps en temps, il attaque une vache. C’est une vache malade. Ainsi il sauvegarde la santé du troupeau ». Un lion à qui l’on donne des coups de bâton n’attaque jamais l’homme. Les deux espèces se respectent.
Mais parfois, un lion rompt le pacte, tue une vache bien portante et ne la mange même pas. Alors les Peuls, peuple de nomades pastoraux, font appel aux Gaos, des sédentaires chasseurs de lions, les seuls à avoir le droit de tuer un lion. Ne racontons pas le film en entier, mais tout y est passionnant, fascinant, romanesque, troublant, magique.

La grande force du film, c’est d’évidence la voix off de Rouch, son timbre chaleureux, le lyrisme de son style, sa précision scientifique. Son actualité, c’est de montrer qu’à la fin des années 1950, les hommes ne tuaient pas les animaux n’importe comment pour n’importe quelle raison. Quand les Gaos calment un jeune lion avant de le cribler de flèches en lui tressant des louanges, en exhortant le boto (le poison) à agir au plus vite, c’est parce qu’« il n’est pas bon de tuer un lion en colère ».
Alors on reste coi devant tant de respect de la dignité d’un animal. « La chasse est une chose grave et méchante », dit Rouch. Avant de conclure « Les enfants, cette histoire vous ne la vivrez jamais. Car quand vous serez grands, plus personne ne chassera jamais le lion à l’arc… »

(D’après Les Inrocks)