LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CINÉ TRICO'THÉ
    Prochain CINÉ TRICO’THÉ, le samedi 2 décembre pour la séance de AU REVOIR LA-HAUT à 13h50. Retrouvons-nous dans le hall après la projection du film, pour en discuter autour d’un thé et … tricoter ! Disons vers 15h40 !... Lire CINÉ TRICO'THÉ...

APPEL À PARTICIPATION
À force de tricoter bien au chaud, en papotant au ciné, un projet est né :  l’envie de réaliser un ouvrage collectif, de petits carrés d’environ 10cm x10cm, cousus les uns aux autres pour former des couvertures. Que nous enverrons à l’Auberge des migrants, à Calais. L’hiver approche – plus r...

THX 1138

George LUCAS - USA 1970 1h28mn VOSTF - avec Robert Duvall, Maggie McOmie, Donald Pleasence, Don Pedro Colley, Ian Wolfe... Scénario de Georges Lucas et Walter Murch. Producteur exécutif : Francis Ford Coppola.
Version « Director’s cut »

Alter-séances : les vendredis 3, 17 et 31 mars

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THX 1138Bien avant Star Wars, bien avant de devenir le nabab d’Industrial Light and Magic, concepteur et fabricant d’effets spéciaux utilisés dans des films trop souvent niais par les wonder boys du nouvel Hollywood, tout au commencement, je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître... George Lucas réalisa un film de science-fiction étonnant, qui marqua le genre presque autant que le 2001 de Kubrick. Presque. Ce film-météore s’appelle THX 1138, il reste criant d’actualité, dans son message viscéralement antitotalitaire comme dans son impressionnant traitement formel.

Dans un futur indéterminé, notre société déshumanisée s’est repliée sous la terre. Pris dans le carcan d’un régime totalitaire parvenu aux sommets de l’efficacité, chaque individu est réduit à un matricule dont la place et la fonction sont calculées par des ordinateurs. Dans cette société où un réseau complexe d’écrans et de terminaux relaient les ordres venus d’en haut, le pouvoir n’est pas localisé, on sait les caméras de surveillance omniprésentes mais elles sont invisibles. Nous somme dans un univers proche du 1984 d’Orwell, mais si l’on parle bouquins, celui qui vient à l’esprit est le formidable Un bonheur insoutenable, de Ira Levin (l’auteur de Rosemary’s baby), jadis publié chez « J’ai Lu », et probablement introuvable aujourd’hui...

Toute fantaisie, toute liberté individuelle ont été éradiquées. Symbole de cette vie monacale entièrement vouée au travail, où la sexualité est prohibée, hommes et femmes confondus arborent les mêmes uniformes blancs et ont le crâne rasé. Les décors, souterrains ou bâtiments adminisatratifs sans âme, ont aussi cette blancheur clinique, avec des éclairages blafards qui renforcent leur anonymat.
L’homme auquel le film va s’attacher, matricule THX 1138, enfermé physiquement et moralement, n’a pas la trempe d’un héros. C’est un pion interchangeable dans une structure qui exclut toute composante individuelle, programmé comme un robot pour le meilleur rendement.
C’est sa compagne en fait, LUH 3417, qui va être à l’origine de son mouvement de rébellion. Véritable Eve des temps futurs, elle a goûté avant lui au fruit défendu (en dépassant la dose prescrite de gélules qui canalisent les pulsions sexuelles) et lui a fait prendre conscience de son désir. « J’étais heureux, pourquoi m’as-tu troublé ? » se plaindra-t-il avant de succomber à la tentation de la chair... À partir de là, le facteur humain va enrayer la trop parfaite mécanique, THX 1138 va devenir le grain de sable qui viendra gripper le système...

PS : Pour cette version définitive peaufinée en 2004, Georges Lucas a restauré et retouché les images et les sons du film. Il a ajouté quelques nouveaux plans numériques : une chaîne d’assemblage de robots, un plan du métro dans la cité souterraine, des monstres aux abords de la surface, rendant encore plus saisissante encore sa vision du futur.