Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉ TRICO'THÉ
 Prochain CINÉ TRICO’THÉ le samedi 6 mai pour la séance de FELICITE à 14h35.Retrouvons-nous dans le hall après la projection du film, pour en discuter autour d’un thé et … tricoter ! Disons vers 16h40 !... Lire CINÉ TRICO'THÉ...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Mangez-vous les uns les autres (petite histoire du cannibalisme au cinéma)
Et si le cannibalisme organisé était, face à la pénurie future des ressources alimentaires, une solution d’avenir ? C’est l’hypothèse émise dans Soleil Vert en 1973. Le cannibalisme, tabou ultime de nos sociétés occidentales, a été pratiqué partout et en tout temps, la transsubstantiation chrét...

LES CHASSES DU COMTE ZAROFF

(The Most Dangerous Game)
Les alter-séances du vendredi soir : le 21 avril à 21h45 et le 5 mai à 21h30

Ernest B, SCHOEDSACK et Irving PICHEL - USA 1932 1h03mn VOSTF - avec Joel McCrea, Fay Wray, Leslie Banks, Robert Armstrong...

Du 21/04/17 au 05/05/17

LES CHASSES DU COMTE ZAROFFUn bateau échoue sur les récifs d’une île des Caraïbes, habitée par le mystérieux comte Zaroff. Seul survivant du naufrage, Bob Rainsford est accueilli dans la forteresse du comte. Il va faire la connaissance de deux autres rescapés, Eve et son frère Martin. Mais le raffiné et excentrique Zaroff a une passion : la chasse. Le gibier n’est évidemment pas des plus commun puisque son ultime plaisir est d’organiser des chasses à l’homme. Les trois rescapés sont désormais considérés comme des proies.

Tourné en parallèle avec King Kong à qui il emprunte les mêmes acteurs (Robert Armstrong, et surtout la divine Fay Wray) et les mêmes décors, Les chasses du comte Zaroff est loin de posséder l’aura et la popularité de son illustre modèle. Pourtant, le film d’ Ernest Shoedsack, associée ici au débutant Irving Pichel, est un chef d’œuvre absolu du genre, un film audacieux traitant frontalement un sujet alors tabou. Ce survival dément et sadien est aussi une réflexion passionnante sur le concept nature/culture sur fond d’histoire jubilatoire entre un bourreau et ses victimes. Jamais manichéen, le héros Rainsford, est lui aussi un adepte de la chasse, ce qui le rend ambigu. Les chasses du comte Zaroff dresse le portrait fascinant d’un personnage, le comte Zaroff, atteint d’une folie particulière, un fasciste à l’état pur, s’octroyant le droit de vie et de mort sur ses semblables. La deuxième partie, après une exposition des faits narrée sous un angle théorique, bascule dans une trépidante chasse à l’homme filmée dans des décors somptueux, mis en valeur par une photographie post expressionniste vertigineuse. Pas encore bridée par la censure et le fameux code Hays appliqué en 34, cette habile combinaison de film d’aventures et de cinéma d’horreur n’a rien perdu de sa splendeur presque un siècle plus tard et demeure encore une source d’influence inépuisable pour nombreux films de genre. Ce n’est pas tant le contenu philosophique du film qui impressionne mais sa mise en scène nerveuse et inventive.