Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

APPEL À PARTICIPATION
À force de tricoter bien au chaud, en papotant au ciné, un projet est né : l’envie de réaliser un ouvrage collectif, de petits carrés d’environ 10cm x10cm, cousus les uns aux autres pour former des couvertures. Que nous enverrons à l’Auberge des migrants, à Calais. L’hiver approche – plus ru...

CINÉ TRICO'THÉ
    Prochain CINÉ TRICO’THÉ, le samedi 4 novembre pour la séance de OTEZ-MOI D’UN DOUTE à 13h50. Retrouvons-nous dans le hall après la projection du film, pour en discuter autour d’un thé et … tricoter ! Disons vers 15h20 !... Lire CINÉ TRICO'THÉ...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

L’ETÉ DE KIKUJIRO

Takeshi Kitano - Japon 1999 2h01mn VOSTF - avec Takeshi Kitano, Yusuke Sekiguchi... Scénario de Zenzo Matsuyama. Pour les enfants à partir de 10 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ETÉ DE KIKUJIROAvec sa trogne de travers, ses tics à fleur de peau et ses airs de faux méchant à qui on ne la fait pas, Kitano balade sa silhouette de clown un peu triste dans ce si bel été. Fidèle à lui-même, il se moque des modes et jongle une fois encore avec les tons, au risque de dérouter son public… on le quitte dans le noir parmi les yakuzas, on le retrouve dans l'éclat des couleurs de l'été au bras d'un gamin… Pour les gourmands de comparaisons, disons qu'il y a un chouya de Central do Brasil et du Kid de Chaplin dans l'Eté de Kikujiro… ben oui, pas n'importe quoi tout de même ! Ceux qui ont adoré Hana-Bi seront aux anges : on retrouve ici cette même poésie naïve portée par une musique « japonisante » délicieuse, ce jeu théâtral qui nous rappelle que « beat Kitano » a débuté sur les planches des cabarets. Ceux qui n'ont vu aucun de ses films seront au paradis tant celui-là est l'occasion rêvée de découvrir son univers, tant il est facile de se laisser doucement glisser dans son rythme tranquille, dans sa douce chaleur. Enfin, ceux qui connaissent sur le bout des doigts la filmographie du maître et sa chronologie complexe y verront là un film attachant, comme une parenthèse légère et primesautière dans une œuvre plus difficile…

C'est l’été, il fait chaud et Masao s'ennuie. Tous ses copains sont partis en vacances, sa grand-mère travaille et le terrain de foot est désert. Bref, les journées lui paraissent longues, mais longues… Petite bouille de neuf ans, Masao commence à sérieusement désespérer… Mais voilà que déboule dans son quartier Kikujiro, connaissance d’une amie de mamy. La cinquantaine ronchonne, il est un peu voleur, un peu menteur, un peu joueur et grand jureur. Comme Masao voudrait bien aller au bord de la mer retrouver sa maman qu'il ne connaît pas, comme Kikujiro, lui aussi, s'ennuie ferme, ils décident de prendre tous les deux la route… Entre le gamin timidou et le bonhomme introverti, on ne sait trop lequel des deux est le plus impressionné.

Avec très peu de mots, et cette pudeur toute masculine qui rechigne à trop montrer les émotions, ils finiront par s'entendre et se comprendre au quart de tour. Sous un soleil de plomb, Kikujiro se cassera la tête pour inventer des jeux délirants et faire le mariolle pour qu'un sourire apparaisse sur la frimousse un peu tristounette de Masao. Il y aura des surprises inattendues et des rencontres plus ou moins rigolotes, des rêves incongrues, des larmes et des déceptions cruelles… beaucoup de poésie et un soupçon de magie… pour Masao et Kikujiro qui s'attendaient à un été tout gris, tant de couleurs, c'est un vrai bonheur.