Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

APPEL À PARTICIPATION
À force de tricoter bien au chaud, en papotant au ciné, un projet est né : l’envie de réaliser un ouvrage collectif, de petits carrés d’environ 10cm x10cm, cousus les uns aux autres pour former des couvertures. Que nous enverrons à l’Auberge des migrants, à Calais. L’hiver approche – plus ru...

CINÉ TRICO'THÉ
    Prochain CINÉ TRICO’THÉ, le samedi 4 novembre pour la séance de OTEZ-MOI D’UN DOUTE à 13h50. Retrouvons-nous dans le hall après la projection du film, pour en discuter autour d’un thé et … tricoter ! Disons vers 15h20 !... Lire CINÉ TRICO'THÉ...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

GAUGUIN, VOYAGE DE TAHITI

Edouard DELUC - France 2017 1h42mn - avec Vincent Cassel, Tuheï Adams, Malik Zidi, Pua-Taï Hikutini, Pernille Bergendorff, Marc Barbé... Scénario d'Edouard Deluc, Etienne Comar, Thomas Lilti et Sarah Kaminsky, librement adapté des écrits de Paul Gauguin Noa Noa, Voyage de Tahiti.

Du 18/10/17 au 31/10/17

GAUGUIN, VOYAGE DE TAHITI« Je ne suis pas ridicule, je ne puis pas l’être car je suis deux choses qui ne le sont jamais, un enfant et un sauvage. » Paul Gauguin
Les films évoquant les grandes figures de l'art se suivent. On en rarement vu autant. Au risque de nous fatiguer, de nous perdre en route, avec l'impression que le filon devient un peu trop facile ? Mais non : comment diable être lassé par ces récits, par ces portraits de personnages hors du commun qui ont tant apporté à l’Art et donc au bonheur d'être vivant ? Comment se lasser de contempler une œuvre qui prend forme et vie sous nos yeux, comment en vouloir aux réalisateurs d’être irrémédiablement attirés par la lumière, l’aura et les démons intimes de ces créateurs de génie ?

Quelle vie que celle de Paul Gauguin ! Gauguin fut artiste peintre mais aussi docker, aventurier, poète… A Tahiti, il fut surtout une sorte de Robinson idéaliste en quête d’un rêve absolu : celui d’un art pur et sans concession qui se serait affranchi des convenances de l’époque, des codes imposés par les castes dominantes, du diktat de l’art bourgeois en vogue dans les salons parisiens. La parenthèse assez courte à laquelle s’attache Gauguin, voyage de Tahiti est bien plus qu’une simple « période » dans l’œuvre du peintre : c’est le choix assumé d’une expérience artistique et humaine vécue comme une ascèse, dans une démarche spirituelle où la nature, loin d'être un simple sujet, devient la source même de la création autant que du bonheur enfin atteint.
1891, Paris. Paul Gauguin, personnage hors-normes à la poursuite d’un rêve hédoniste, veut se libérer des conventions, renouer avec cette nature « sauvage » qui l’a déjà mené en Bretagne, à Panama ou en Martinique, trouver sa muse, son « Eve primitive », la femme qu’il cherche et qui le distinguera. Il accomplit alors un acte téméraire, sacrificiel : il quitte Paris, ses amis artistes, femme et enfants et s’embarque pour la Polynésie, où il va peindre avec rage, mais dans l’indifférence générale, soixante-six chefs d’œuvre en dix-huit mois. Ces tableaux figureront un tournant dans son travail, influenceront les fauves et les cubistes et marqueront l’avènement de l’art moderne. Habité par sa peinture, il vivra dans le dénuement, il partagera au cœur de la forêt la vie de celle qui sera la grande inspiratrice de ces tableaux : Tehura, « sa femme Tahitienne », sensuelle, généreuse.

C'est avec le souffle et l'ampleur des grands films d'aventure que la caméra d'Edouard Deluc nous met dans les pas de cet homme qui s’enfonce dans ces étendues vierges, et le tempo du film, à la fois organique et mutique, donne à la narration les allures d’une quête mystique. On pense à La leçon de piano de Jane Campion, on pense à Terrence Malick, on pense aux livres de Joseph Conrad…
Quant à Vincent Cassel, il incarne magistralement ce Gauguin à fleur de peau, et restitue toute l’ampleur et la folie de celui qui fut sans doute le plus radical et le plus courageux de tous, parce qu’il osa partir au bout du monde pour écouter le silence qui laisserait enfin entendre les voix intérieures qui guideraient sa main.