LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CINÉ TRICO'THÉ
    Prochain CINÉ TRICO’THÉ, le samedi 2 décembre pour la séance de AU REVOIR LA-HAUT à 13h50. Retrouvons-nous dans le hall après la projection du film, pour en discuter autour d’un thé et … tricoter ! Disons vers 15h40 !... Lire CINÉ TRICO'THÉ...

APPEL À PARTICIPATION
À force de tricoter bien au chaud, en papotant au ciné, un projet est né :  l’envie de réaliser un ouvrage collectif, de petits carrés d’environ 10cm x10cm, cousus les uns aux autres pour former des couvertures. Que nous enverrons à l’Auberge des migrants, à Calais. L’hiver approche – plus r...

LA EDUCATION DEL REY

Santiago ESTEVES - Argentine 2017 1h36mn VOSTF - avec Germán De Silva, Matías Encinas, Mario Jara, Jorge Prado, Walter Jakob, Esteban Lamothe... Scénario de Santiago Esteves et Juan Manuel Bordon.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA EDUCATION DEL REYLe petit Roi, le « Rey » du titre, c’est Reynaldo, le mal nommé. On a vu plus fringuant, comme souverain : un jeune gars plutôt brave, pas vilain, loin d’être fortuné mais pas non plus miséreux.
Sans être tout à fait un truand, Rey se « débrouille ». Ce qui l’amène à faire son premier casse avec son frangin et un copain à lui, pour le compte d’un obscur caïd de seconde zone de la ville de Mendoza. Un coup a priori tranquille : une maison vide, un joli paquet de billets, une promenade de santé. Les deux acolytes font le guet et c’est Reynaldo qui s’y colle. À ceci près que le coup est foireux : la maison n’est pas vide, l’alarme est donnée, la police rapplique en quatrième vitesse et le Rey se retrouve à cavaler seul, lesté par le magot, la maréchaussée sur les talons. Jusqu’à trouver refuge dans un abri, après avoir fracassé la jolie serre de jardin attenante à une maison. Pas de bol, Carlos, retraité depuis peu, a amoureusement ouvragé cette serre pour occuper le début de ses vieux jours. Et a vite fait de dénicher l’intrus.
Coup de chance, au grand désarroi de sa famille, Carlos ne se précipite pas pour remettre le jeune homme entre les mains de la police. Par principe, parce qu’il sait d’expérience ce que peut avoir de destructeur pour un presqu’encore gamin un séjour, même furtif, dans les geôles de Mendoza. Carlos met le marché en main à Rey : son silence contre la réfection de la petite serre de jardin. Question de principe, toujours. Dès lors, entre les deux hommes s’établit une relation qui va conduire le sage sexagénaire à prendre sous son aile le jeune chien fou – et, petit à petit, gagner un semblant de confiance, et parfaire l’éducation de Rey.

Pourvu d’un scénario en béton armé, La Educacion del Rey tire habilement la chronique sociale vers le polar – et, dans les âpres décors de Mendoza, tient en haleine de la première à la dernière image.