LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre disque dur...

CINÉ TRICO'THÉ DE NOVEMBRE
On reprend les bonnes habitudes et on se retrouve le premier samedi du mois de novembre pour tricoter, siroter un thé, s’échanger des trucs et astuces en tout genre … et puis aussi discuter du film que l’on aura regardé ensemble. Cette fois ci nous avons choisi CAPHARNAÜM réalisé par de Nadine L...

THE BACCHUS LADY

Écrit et réalisé par E J-YONG - Corée du Sud 2016 1h50mn VOSTF - avec Youn Yuh-jung, Chon Moo-song, Yoon Kye-sang, An A-zu...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THE BACCHUS  LADYCe film étonnant, à la fois drôle et touchant, est à la fois une chronique souvent bouleversante sur la dernière ligne droite de la vie, une fable acide sur une société malade avec toute une galerie de personnages atypiques et au final un grand film politique sur la face cachée d'un pays qui s'affiche comme un des grands vainqueurs du capitalisme mondial.
Au cœur du film, un personnage très fort, So-young, 65 ans. On la découvre dans une situation assez crue qui fait démarrer le film sur les chapeaux de roue : elle est en consultation chez son gynécologue pour une maladie vénérienne, et on en déduit vite que, malgré son âge, So-young est encore prostituée, après avoir probablement assuré le bonheur fugace des soldats américains longtemps présents en Corée, les meilleurs clients des marchandes d'amour. Elle officie donc comme « Bacchus Lady » (nom lié au vin énergisant que ces dames vénérables servent à leurs clients aussi vieux qu'elles, dont la vigueur s'est un peu assoupie) dans un des parcs de la vieille ville de Séoul, menacée par l'urbanisation terrifiante de la métropole nouvelle.

Lors de la scène d'ouverture dans le cabinet médical, une femme étrangère accompagnée d'un jeune enfant vient faire un scandale : on comprend que l'enfant est la progéniture illégitime du médecin et qu'il ne s'en est jamais vraiment occupé. La situation se dégrade au point que la femme est arrêtée et l'enfant récupéré in extremis dans la rue par So-young. Ce sera l'occasion de découvrir tout l'entourage avec lequel elle vit : Do-hoon, un jeune homme infirme qui survit en fabricant des figurines ; Tina, la tenancière transgenre d'un cabaret transformiste, et toute une galerie de gens rejetés par la société coréenne traditionnelle et qui se serrent les coudes dans une réjouissante solidarité dont va bénéficier le petit garçon qui s'avèrera être philippin.
Pendant ce temps So-young est aussi confrontée à la détresse de ses clients frappés par le temps qui passe trop vite, en proie à la solitude, au deuil ou à la maladie et même parfois à la tentation du suicide.



Au delà du portrait tendre et bouleversant d'un personnage peu conventionnel incarné par l'extraordinaire Youn Yuh-jung – déjà remarquée dans The Housemaid de Im Sang-soo –, The Bacchus Lady témoigne du traitement assez lamentable que la pourtant riche Corée du Sud réserve à ses retraités. Car si le phénomène des prostituées âgées existe, c'est que la prise en charge par les retraites est largement insuffisante dans un pays où la tradition confucéenne de solidarité des familles pour leurs aînés s'est considérablement effritée depuis la crise économique asiatique de la fin des années 90 : l'opulence de quelques uns, mirage aux alouettes du capitalisme triomphant, masque la grande pauvreté d'une grosse minorité de la population, ce qui fait du pays un des plus riches et des plus inégalitaires au monde. Le film aborde aussi le tabou du suicide choisi par de plus en plus de personnes âgées abandonnées de tous, ou confiées à des institutions médicales qui ne guérissent pas leur détresse morale. Le constat est dur mais le film n'est pas sinistre, grâce à l'empathie de son regard et la vraie chaleur qui se dégage de ses personnages. Très beau.