LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre disque dur...

CINÉ TRICO'THÉ DE NOVEMBRE
On reprend les bonnes habitudes et on se retrouve le premier samedi du mois de novembre pour tricoter, siroter un thé, s’échanger des trucs et astuces en tout genre … et puis aussi discuter du film que l’on aura regardé ensemble. Cette fois ci nous avons choisi CAPHARNAÜM réalisé par de Nadine L...

L’ANNÉE DERNIÈRE À MARIENBAD

Alain RESNAIS - France 1961 1h33mn - avec Delphine Seyrig, Giorgio Albertazzi, Sacha Pitöeff... Scénario d’Alain Robbe-Grillet et Alain Resnais.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ANNÉE DERNIÈRE À MARIENBADDans un palace de ville d’eau allemande, au cours d’une soirée théâtrale, un homme rencontre une femme et s’efforce de la faire se souvenir, ou de la persuader qu’un an auparavant, à Marienbad, elle lui a promis de partir avec lui.
Dans les salons de l’hôtel, dans le parc, dans la chambre de la jeune femme, il sera là, toujours insistant, persuasif, inquiétant. Et le film se déroule tantôt au présent, tantôt au passé, tantôt au futur, reprenant sans cesse le débat de l’héroïne qui lutte contre un souvenir dont elle n’est pas sûre, ou dont elle ne veut pas, ou qu’elle souhaite; tantôt l’acceptant, le repoussant, le désirant.
Un autre homme, mari ou amant, essaie de la retenir un instant… Et le labyrinthe du grand parc à la française qui l’attire, qui l’appelle…

« Il n’y a pas de solution au film. Evidemment, parmi les hypothèses qu’on peut faire, il y en a qui nous plaisent plus que d’autres. Mais l’essentiel c’est que cette possibilité de divergence d’interprétation demeure. On peut dire que c’est un film sur l’incertitude de l’amour (qu’est-ce qu’une passion, si on peut se poser tant de problèmes un an après ?) ou un film sur les univers parallèles (ces deux personnages sont peut-être parfaitement sincères et, par une sorte de détour, l’un des univers a peut-être croisé l’autre). On peut dire que c’est un film sur l’imaginaire, ou sur la persuasion, ou sur la communication.
On peut penser que c’est une vieille légende bretonne et que la mort vient chercher sa proie après un an de sursis. On peut croire que nous sommes dans un asile, ou dans une clinique, et que la femme est une véritable amnésique.
Toutes ces interprétations, toutes ces hypothèses sont également valables. Au spectateur de trouver sa propre vérité » Alain Resnais

Mais d’abord le spectateur doit se laisser aller à la beauté fascinante du film, se perdre dans les yeux de Delphine Seyrig, céder à l’envoûtement de sa voix sans pareille…