LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉ TRICO'THÉ D'OCTOBRE
On reprend les bonnes habitudes et on se retrouve le premier samedi du mois d’octobre pour tricoter, siroter un thé, s’échanger des trucs et astuces en tout genre … et puis aussi discuter du film que l’on aura regardé ensemble. Cette fois ci nous avons choisi LA SAVEUR DES RAMEN réalisé par de E...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CINÉ TRICO'THÉ, LE RETOUR!
   On reprend les bonnes habitudes et on se retrouve le premier samedi du mois de septembre pour tricoter, se raconter les vacances, siroter un thé glacé, s’échanger des trucs et astuces en tout genre … et puis aussi discuter du film que l’on aura regardé ensemble. Cette fois ci nous avons chois...

THELMA ET LOUISE

Ridley SCOTT - USA 1991 2h09mn VOSTF - avec Susan Sarandon, Geena Davis, Harvey Keitel, Michael Madsen, Brad Pitt... Oscar du meilleur scénario pour Callie Khouri.

Du 05/09/18 au 25/09/18

THELMA ET LOUISEQuel bonheur de retrouver la cavale enthousiasmante de Thelma et Louise, 25 ans après, sans une ride ! À peine y reconnaitrait-on la patine clipesque des années 90 – dans laquelle s'embourbera tristement Ridley Scott dès l'année suivante, avec l'évocation pompière de Christophe Colomb. Thelma et Louise, son dernier grand film, est resté comme une référence presque ultime du road-movie. Mais aussi, surtout, pour sa représentation pro-féministe assumée, pour le moins inhabituelle dans le cinéma hollywoodien de l'époque (mais est-ce si différent aujourd'hui ?), et qui lui valut, à la mesure de son extraordinaire succès, de violentes attaques de la part des Zemmour de l'époque, l'accusant d'encourager les femmes à utiliser des armes contre les hommes – et de précipiter la fin de la civilisation occidentale. Quel bonheur, donc, de retrouver Thelma et Louise !

Belles, pétillantes comme du coca glacé, elles sont amies. Elles ressemblent à des tas d'autres qu'auraient pu être, qu'auraient aimé être, qui ne sont pas… et s'ennuient à mourir. Elle, Thelma, épouse au foyer d'un benêt phallo sûr de ses droits sur sa petite femme comme de son sex appeal, est coincée entre télé et frigo, bigoudis et bouffe compensatrice. Elle est mignonne à croquer et sa cervelle se liquéfie à force de ne pas servir. Elle, Louise, serveuse dans un coffee shop, insatisfaite de tout : sa vie, son mec, son boulot… trimballe un vieux traumatisme toujours mal digéré. On aurait pu les retrouver vingt ans plus tard, grasses, laides et tarées, bourrées d'anxiolytiques et d'ice creams… Mais dans les images et les décors somptueux de Ridley Scott, ces deux femmes ordinaires vont devenir bien autre chose. Appelez ça le destin, les circonstances…

Ça commence par un petit mot sur la table de la cuisine. Une petite culotte de rechange, un vieux pull, trois machins de rien, et elles s'échappent un beau matin d'un beau week-end au ciel aussi bleu que leur décapotable. Soleil, fous rires, confidences. Cette brise de liberté vous met des bulles plein la tête. Et dans ce bar plein de mecs suants et de nanas vulgaires, Thelma boit, et flirte. Trop. Le mâle de service se croit tout permis, devient pressant, violent. Une balle tirée à bout portant par Louise mettra un point sanglant et final à la tentative de viol… Elles auraient pu dire pouce : on va voir les flics, on pleure, on arrête, on retourne auprès de nos maris. Mais il est des retours en arrière impossibles. Leur amitié, leur appétit frénétique de vie aidant, elles vont, dans une fuite en avant irrépressible, assumer leur progressive mise au ban de la société. Et tout cela avec une santé réjouissante : Thelma, l'écervelée trouillarde et conventionnelle, se révélant entre autres une braqueuse de banque au sang froid inattendu. La liberté, toute la liberté, rien que la liberté… ça se paie très cher. Objectif final : le Mexique. La randonnée va être somptueuse, drôle, exaltante.