LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À vos aiguilles !
L’an passé nous vous avions mis à contribution pour tricoter ou crocheter des petits carrés de 10x10cm, une fois assemblés, ils ont formé des couvertures que nous avons envoyé à l’Auberge des Migrants de Calais. p { margin-bottom: 0.21cm; } Cette année nous continuons notre partenaria...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

Le vendredi 26 octobre, de 21h jusqu'au petit matin blême… Tarif unique: 20€ (en prévente à Utopia à partir du 18 octobre et à la billetterie Cinémed).

NUIT EN ENFER !

Oyez, oyez !!! Villageois armés de fourches et de torches, hordes d'infectés et de zombies zaffamés, goules et lycanthropes de tout poil… Pour la 40e édition du Cinémed, la traditionnelle « NUIT EN ENFER » reprend ses quartiers à l'ombre de l'église Ste Bernadette, au cinéma Utopia ! Présentée par l'infernal Dr Tovolli, ses cercueils, ses déguisements et ses anecdotes crousti-sanguinolentes, avec la participation de l'association étudiante l'Écran et son double, de la maison d'édition vidéo Artus Films et des éditions Rouge Profond.

PROGRAMME INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS : RÉÉDITIONS, INÉDITS, AVANT-PREMIÈRES, CONCOURS DE DÉGUISEMENTS…

Toute la nuit, buffet participatif : NOUS COMPTONS SUR VOUS POUR LE SOLIDE ! Sucré, salé, faites vous et faites nous plaisir : rien que du beau, du bon, fait main (et, si possible, pré-découpé) et à partager au clair de lune entre les séances. Le cinéma offre thé, café et diverses boissons fraîches (et saines) ainsi que, pour les plus courageux, les croissants au petit matin (blême).

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

OPERA - Inédit en salles
(TERROR AT THE OPERA) Écrit et réalisé par Dario ARGENTO
Italie 1987 1h47mn VOSTF
avec Cristina Marsillach, Ian Charleson, Urbano Barberini, Daria Nicolodi... Musique : Brian Eno, Claudio Simonetti, Bill Wyman, Giuseppe Verdi.
Dans un opéra italien, Betty, une jeune cantatrice, doit endosser le rôle de Lady Macbeth dans une adaptation avant-gardiste de l’œuvre de Verdi mise en scène par un réalisateur de films horrifiques. Dès le soir de la première, Betty est harcelée par un spectateur déséquilibré qui commet alors une série de meurtres sadiques dans son entourage.
L’opéra. Le cinéaste devait s’y confronter tôt ou tard tant il est présent dans son œuvre (un élément du décor dans nombre de ses films). Les codes, la scène et les coulisses de l’art lyrique fournissent le cadre évident aux obsessions du maestro.
Sevré d’influences psychotropes et en conflit ouvert avec son actrice principale, il sertit obsessionnellement le film de plans sophistiqués et trouve une idée parmi les plus folles de toute sa filmographie : contraindre sadiquement le regard de l’héroïne – et donc du spectateur – à la représentation de l’horreur.

FOG
John Carpenter
USA 1979 1h29mn VOSTF
avec Adrienne Barbeau, Jamie Lee Curtis, Tom Atkins, Janet Leigh, Hal Holbrook, John Houseman (et Carpenter himself dans le rôle de Bennet)...
C’était pendant l’horreur d’une profonde nuit… la nuit d’un mois d’avril 1880 ; une nuit de brouillard, sur la côte Pacifique. Un feu de camp trompeur égara les marins, et l’Elisabeth Dane sombra, corps et biens ; mais on chuchote parfois à Antonio Bay, quand une étrange brume monte de la mer et luit, que les noyés reviennent et cherchent, mauvais, la lueur qui fut cause de leur destin tragique. Telle est l’histoire que narre un vieux loup de mer goguenard à une audience de gosses rassemblés autour d’un autre feu de camp, sur une plage de cette même baie, à quelques pas de minuit, le 21 avril 1980. Cent ans plus tard, jour pour jour…
Un crime commis par les pères qui retombe sur la tête des fils, le poids du Fatum, des fantômes vengeurs qui s’en prennent à une communauté oublieuse de sa faute originelle, une brume mystérieuse messagère du destin ? Hum… Si Carpenter ne pratique probablement pas Racine et Euripide, en revanche il connait sur le bout des ongles ses classiques du roman gothique anglo-saxon, Hawthorne, Walpole, Poe (dont la citation « Is all what we see or seem but a dream within a dream ? » ouvre le film), et surtout Lovecraft et Hodgson. Épaulé par un solide casting d’acteurs de second plan à qui il donne leur chance Carpenter compose un récit efficace et divertissant.

MUSE
Jaume Balaguero - Inédit en salles
Espagne, Irlande, Belgique, France 2017 1h47 VOSTF
avec Elliot Cowan, Franka Potente, Ana Ularu, Leonor Watling, Manuela Vellés, Joanne Whalley, Christopher Lloyd, Cally O'Connell, Sam Hardy...
Depuis un an, Samuel, professeur de littérature ancienne, fait chaque nuit le même cauchemar où une femme est assassinée lors d’un rituel macabre. En apprenant dans la presse locale qu’un meurtre identique a eu lieu, il comprend que son rêve était prémonitoire. Alors qu’il cherche des réponses sur les lieux du crime, Samuel fait la rencontre de Rachel, une jeune femme qui affirme avoir eu les mêmes visions que lui. Ensemble, ils vont mener l’enquête pour percer ce mystère et entrer dans un monde contrôlé par des créatures terrifiantes : les Muses.
Renouant avec l'esthétique européenne qui le rapproche clairement de La Secte sans nom, Muse n'a rien de la grosse production américaine lissée et l'assume, ce qui lui donne un cachet assez original et authentique. Au-delà de la thématique du deuil, Muse est surtout un film sur l'inspiration sur le pouvoir des mots, la force magique voire maléfique de la poésie. (TerreurVision.com)


HÉRÉDITÉ
Écrit et réalisé par Ari Aster
USA 2018 2h07 VOSTF
avec Marilyn Burns, Allen Danziger, William Vail, Gunnar Hansen…
Si Hérédité fait montre d’une maturité étonnante, il s’agit pourtant du premier long-métrage de son réalisateur. Le plan d’ouverture est aussi virtuose qu’annonciateur de quelque chose de très ambitieux et de profondément perturbant. Mais si il était normal de s’attendre à un long-métrage au minimum atypique, rien ne pouvait vraiment nous préparer à l’horreur viscérale à laquelle Aster parvient à donner vie en deux heures, ne reculant devant rien pour donner à son cauchemar filmique l’impact et l’écho nécessaires à son bon épanouissement.
Hérédité est vraiment choquant. Visuellement, avec des plans d’une violence inouïe, mais aussi et surtout psychologiquement. Aster n’entrevoit l’épouvante que par le biais d’une habile combinaison de puissantes évocations et d’une histoire dont les rebondissements précèdent une mise en place certes longue mais parfaitement agencée. Si Hérédité fonctionne aussi bien, se montrant tour à tour audacieux, courageux et méchamment extrême, c’est parce qu’il s’agit avant tout d’un drame prégnant, dont la construction prend bien le temps de faire exister les personnages.
Il s’agit d’une œuvre adulte, qui prend le spectateur par la main pour mieux le torturer au fil d’une intrigue retorse remarquablement écrite, et donne naissance à une peur durable.

TUCKER & DALE FIGHTENT LE MAL
(TUCKER AND DALE VS EVIL )
Eli Craig USA 2012 1h28 VOSTF
avec Tyler Labine, Alan Tudyk, Katrina Bowden, Jesse Moss…
Si vous étiez, comme Allison et ses amis, un groupe d’étudiants parti camper, picoler et faire la fête au bord d’un lac au fin fond de la forêt, et si, comme eux, vous aviez croisé sur votre route les visages barbus et les chemises à carreaux de Tucker et Dale, bouseux partis retaper leur maison de vacances dans le même coin, il y a fort à parier que vous aussi auriez sérieusement commencé à flipper. Et si en plus, un de vos potes s’était mis à vous raconter, à la lumière blafarde du feu de camp, le massacre d’un groupe d’étudiants dans cette même forêt vingt ans auparavant, je crois que vous auriez également commencé à fourbir vos armes, prêt à vous défendre contre une éventuelle attaque de bouseux dégénérés…
Sauf que, sur ce coup-là, la guerre entre les « hillbilies » et les « student kids » ne sera pas celle que l’on croit. Eli Craig s’amuse en effet, avec un humour décapant, à renverser les codes du genre et fait des bouseux Tucker et Dale des nounours attachants alors que les étudiants sont de plus en plus inquiétants…

(Le manoir se réserve le droit de modifier l'ordre de passage des films)