LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre disque dur...

CINÉ TRICO'THÉ DE NOVEMBRE
On reprend les bonnes habitudes et on se retrouve le premier samedi du mois de novembre pour tricoter, siroter un thé, s’échanger des trucs et astuces en tout genre … et puis aussi discuter du film que l’on aura regardé ensemble. Cette fois ci nous avons choisi CAPHARNAÜM réalisé par de Nadine L...

Ciné-Jazz à Junas
Jeudi 13 décembre à 20h
séance suivie d'une rencontre proposée et animée par Guy Lochard pour le festival Jazz à Junas.

BLACK INDIANS

Jo BÉRANGER, Edith PATROUILLEAU et Hugues POULAIN - documentaire France 2017 1h32mn -

Du 12/12/18 au 18/12/18

BLACK INDIANS« Le Mardi Gras indien était là avant le jazz, bien avant que Louis Armstrong souffle dans sa trompette. Enlève ça et le jazz et il n’y a plus de Nouvelle Orléans. » Chief David Montana

Le flux incessant des images et des informations donne peu l’occasion au cinéma documentaire de nous plonger dans un univers méconnu. Et là bingo ! Pour l’immense majorité d’entre nous, La Nouvelle Orléans, c’est un joli mélange de clichés composé d’architecture coloniale évoquant Autant en emporte le vent et ses grandes propriétés de riches planteurs, de culture francophone et évidemment de ses fameux jazz bands de rue, la ville étant indissociablement associée à ce courant primitif du jazz né à la fin du 19ème siècle, remis au goût du jour dans les années 30 par Louis Armstrong ou Sydney Bechet, tous deux natifs de la ville. Mais voilà : bien avant la naissance du jazz, les esclaves puis descendants d’esclaves, qui ont façonné l’histoire de la Louisiane, ont développé une fascinante tradition, celle des Black Indians et de leur Mardi Gras. Il y a 300 ans, de nombreux esclaves en fuite ont pu trouver refuge dans des tribus indiennes qui avaient survécu au génocide. Certains se sont intégrés, il y eut des unions dont sont nés de nombreux métis afro-amérindiens qui se sont eux-mêmes constitués en tribus et qui, lors du célèbre Mardi Gras préparé durant toute l’année, se vêtent d’authentiques costumes indiens pour célébrer les souffrances de leurs frères d’oppression. Et bien au-delà du caractère étonnant et exotique de la chose, les Black Indians, en faisant perdurer leurs traditions, sont un symbole fort de l’union des opprimés face à une Amérique toujours plus WASP.

La réalisatrice Jo Béranger, tristement disparue avant la fin du tournage, a été directement inspirée par le documentaire de Pierre-Yves Bourgeaud Retour à Gorée. Le grand musicien sénégalais Youssou N’Dour s’y employait à faire venir des musiciens américains sur l’île d’où étaient partis des centaines de milliers d’esclaves. Parmi eux le musicien Idris Muhamad qui, dans le film, montrait intimidé une photo de lui recouvert de plumes lors du Mardi Gras de la Nouvelle Orléans. Pour Jo Béranger, qui avait réalisé Voyages en terres indiennes sur l’ethnocide des peuples autochtones du Canada, ce fut le déclic. Elle s’est adjointe l’aide d’Edith Patrouilleau, présidente du Comité de Solidarité avec les Indiens d’Amérique, pour nous offrir un voyage envoûtant à la rencontre de personnages étonnants qui font la richesse de la culture afro-amérindienne de la Nouvelle Orléans. Un voyage fait de longues observations de la préparation de l’événement mais aussi d’interviews passionnantes, notamment de David Montana, le chef de la tribu Wachita, et enfin bien sûr d’images du Mardi Gras, avec ces extraordinaires séquences de « call and response », ces joutes verbales où le chef remet en quelque sorte son autorité en jeu au milieu d’un délire visuel de plumes de toutes les couleurs.