LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CINÉ TRICO'THÉ DE NOVEMBRE
On reprend les bonnes habitudes et on se retrouve le premier samedi du mois de novembre pour tricoter, siroter un thé, s’échanger des trucs et astuces en tout genre … et puis aussi discuter du film que l’on aura regardé ensemble. Cette fois ci nous avons choisi CAPHARNAÜM réalisé par de Nadine L...

Calendrier des postiers
Pour changer (et vous venger) des calendriers avec des petits chats, des petits chiens, des fleu-fleurs ou des chevaux galopant dans le soleil couchant, les postiers en grève de 92 vous proposent un clalendrier 2019 avec les signataires soutenant le mouvement : “Un jour, un signataire de calendr...

THE HOUSE THAT JACK BUILT

Écrit et réalisé par Lars von TRIER - Danemark 2018 2h35mn VOSTF - avec Matt Dillon, Bruno Ganz, Uma Thurman, Siobhan Fallon Hogan, Sofie Gråbøl, Riley Keough, Jeremy Davies...
Interdit aux moins de 16 ans

Attention le film n'est programmé qu'une semaine !

Du 14/11/18 au 20/11/18

THE HOUSE THAT JACK BUILT« Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance ». C'est ainsi que le vieux Verge (le psy ?, le guide ? ou simplement le confident de Jack ?, on ne sait trop) a dû l'accueillir avant que le film commence. Sans qu'on sache jamais vraiment pourquoi, Jack se confie à Verge. Jack se livre : ses vies, sa mort, son œuvre, ses tâtonnements, ses éclairs de génie, ses doutes et ses aspirations. Nous sommes au tournant des années 70, quelque part du côté de New York, et Jack se dit architecte. L'est-il vraiment ? Jack prétend avoir trouvé le terrain, dressé les plans pour construire sa maison, se vit comme un artiste. Surtout, Jack est en quête de grandeur, d'accomplissement total, d'absolue perfection dans la maîtrise de son Art. Monomaniaque ? Oui, sans doute… En l'occurrence, la passion de Jack, la vraie, c'est de tuer. Des gens. Avec une nette prédilection pour les femmes. Précis, méticuleux, perfectionniste, Jack tue ses contemporain(e)s et construit son tableau de chasse comme un geste artistique. Et puis, se rapprochant inéluctablement de l'abîme, il se raconte, s'efforce laborieusement de faire comprendre à Verge les motivations de ses actes, l'enchaînement de ses tableaux, le sens final de son Grand OEuvre.

Non seulement le nouveau film de Lars von Trier est beau, mais il est passionnant et émouvant. Notez bien qu'on mesure la difficulté d'aller à contre-courant du bruit médiatique, de sa réputation sulfureuse. Ce serait un film de torture insoutenable, écrit et réalisé par le moins fréquentable des cinéastes en activité. Il est revendiqué comme un pur film de serial-killer par son auteur, qui prétend tordre à sa façon les codes d'un genre cinématographique populaire pour y matérialiser ses fantasmes de cinéma. Alors oui, il y a tout ça, et vous pouvez faire confiance au Danois pour jouer en virtuose avec vos nerfs, vos glandes lacrymales et vos zygomatiques – tout en posant comme principe que la douleur, le malaise suscités par son jeu de massacre seront toujours moins physiques que moraux.
The House that Jack built est indiscutablement éprouvant. Mais pour peu qu'on fasse un pas de côté, ou en arrière – enfin qu'on puisse se dégager un instant, faire abstraction de la touffeur moite et malsaine dans laquelle Lars von Trier prend un malin plaisir à nous entraîner, la fascination devant la beauté et l'ampleur du spectacle est totale. Le sourire un brin crispé, on est brinquebalé, secoué, violenté, mais aussi saisi par la grâce du voyage qui mène du réalisme froid du théâtre du Mal à la luxuriante traversée des cercles de l'Enfer. De tous les plans, hiératique, halluciné, barbare, séduisant, Matt Dillon offre une composition impressionnante, habite génialement le personnage du psychopathe esthète sanguinaire. Pour un peu, on se perdrait en conjectures : cette œuvre insensée, cette cathédrale de lumière et d'immondices, cette quête de beauté et d'absolu qui va racler sa matière première dans les tréfonds de la vilénie humaine, est-ce seulement l'expression de la folie meurtrière et créatrice de Jack ? Ou Lars von Trier, dépressif notoire, nihiliste autoproclamé et misanthrope patenté, qui s'efforce de ne rien ignorer de la nature humaine – et surtout pas l'innommable –, ne dessine-t-il pas avec ce film protéiforme, à la fois slasher ultra-violent et étude très théorique en forme de « défense et illustration de la création artistique », un autoportrait de l'artiste aussi féroce que désespéré ? De toute évidence, il veut nous le faire croire. Peut-on lui faire confiance ?

Seule certitude, The House that Jack built est une nouvelle pierre essentielle dans l'édification d'une filmographie hors-normes, passionnante, sans équivalent dans le cinéma contemporain.