LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre disque dur...

CINÉ TRICO'THÉ DE NOVEMBRE
On reprend les bonnes habitudes et on se retrouve le premier samedi du mois de novembre pour tricoter, siroter un thé, s’échanger des trucs et astuces en tout genre … et puis aussi discuter du film que l’on aura regardé ensemble. Cette fois ci nous avons choisi CAPHARNAÜM réalisé par de Nadine L...

AFTER MY DEATH

Écrit et réalisé par KIM Ui-seok - Corée du Sud 2017 1h53mn VOSTF - avec Jeon Yeo-bin, Seo Young-hwa, Go Won-hee, Jeon So-nee...

Du 21/11/18 au 11/12/18

AFTER MY DEATHC'est l'envers du décor de la si merveilleuse Corée du Sud, réussite financière exemplaire, industrie de pointe, développement culturel fulgurant… Déjà, on avait remarqué une certaine tendance du cinéma coréen, même dans des blockbusters qui s'exportent tellement bien, à pointer les petits et grands travers du pays : les jeux politiques et affairistes, les laissés pour compte du miracle économique, la violence de le pression sociale sur les plus faibles, les plus âgés, les plus démunis. Le « Pays du matin calme » a parfois des réveils douloureux, serait-on tenté de penser dès les premières images de After my death. Film d'un genre mal défini – ou film de genre écorché par la sourde violence de son sujet : Kim Ui-seok se propose avec ce récit noir aux accents prononcés de polar de disséquer un phénomène avéré qui gangrène la société coréenne, le suicide des adolescents.

Le lycée de jeunes filles est en effervescence : Kyung-mi, élève discrète, travailleuse et appréciée de ses camarades, a soudainement disparu. Elle s'est volatilisée un soir, en rentrant chez elle après une soirée. Les dernières images des caméras de vidéosurveillance la montrent accompagnée d'une amie proche, Yeong-hee, pas très loin du fleuve – et laissent supposer un suicide. Son corps reste introuvable, la police piétine. Ce qui n'est pas pour déplaire à l'institution scolaire, pour qui le suicide de l'adolescente serait une effroyable contre-publicité. Tandis que les parents cherchent désespérément une raison, une responsabilité à désigner dans la disparition de leur fille, les autres élèves font de la jeune Yeong-hee, qui détient peut-être la clé du geste de son amie, un bouc-émissaire idéal. Elle va chercher à échapper à la spirale de persécutions qui l’accablent. À n’importe quel prix.

Polar en milieu scolaire, After my death prend des chemins de traverse, évoque les codes aujourd'hui mondialisés de la culture pop coréenne, s'attarde sur les méfaits de la compétition érigée en modèle de société, décrit aussi bien la fragilité d'une jeunesse en quête perpétuelle de perfection que la douleur d'adultes en perte de repères et de valeurs.