LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Dernier Ciné trico'thé de la saison !
On se retrouve le samedi 1er juin dans le hall du cinéma après la séance - vers 16h - de L’ADIEU À LA NUIT, pour papoter, siroter un thé (sûrement glacé !) et tricoter !... Lire Dernier Ciné trico'thé de la saison !...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

WILDLIFE, une saison ardente

Paul DANO - USA 2018 1h45mn VOSTF - avec Carey Mulligan, Jake Gyllenhaal, Ed Oxenbould, Bill Camp... Scénario de Zoe Kazan et Paul Dano, d'après le roman de Richard Ford.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

WILDLIFE, une saison ardenteSéance bébé le mardi 22 janvier à 14h30

Chapeau bas à Richard Ford qui, en plus d’être un grand écrivain, a eu l’intelligence de déclarer à Paul Dano, en lui accordant les droits cinéma de son roman : « Mon livre est mon livre, votre film – celui que vous allez faire – est votre film. Votre fidélité de cinéaste à mon histoire ne m’intéresse pas. ». Un blanc-seing qui a permis au réalisateur débutant d’adapter l’œuvre originale tout en intégrant une part d’intimité qui rend le film d’autant plus juste et attachant. Loin de trahir le récit, il le porte a l’écran de façon humble et magistrale, sans esbroufe, cherchant sous la carapace des apparences fabriquées les fêlures, les failles d’une famille classique américaine, du fameux rêve qu’une statue dite de la Liberté s’acharne à garder bien au chaud sous ses jupes.

Nous sommes dans les années soixante. Les voitures nous le klaxonnent, la voix de Timi Yuro nous le confirme, dans le poste de radio elle sirote : « I’m so hurt to think that you lied to me » (… tellement blessée de penser que tu m’as menti). Tout semble merveilleusement policé, les relations entre voisins, les jupes plissées des filles, les mots des garçons, les manières des enfants qui prennent le bus pour aller à l’école avant d’emprunter la voie toute tracée par leurs aînés. De cette petite ville perdue dans l’immensité du Montana, rien ne dépasse. Pas un cheveu, pas un brin d’herbe, pas un désir. Le terrain de golf en particulier où bosse Jerry Brinson, le père de Joe, est un modèle du genre. À l’instar du parfait cocon familial qui entoure Jœ, de sa mère, la discrète Jeannette, parfaite ménagère immaculée qui mitonne des petits plats en attendant que son mari rentre pour le dîner.

Une vision idyllique qui contraste étrangement avec le manque d’insouciance de l’adolescent. La maturité de Jœ laisse deviner qu’il a grandi plus vite que ceux dont l’enfance fut pleinement heureuse. À quatorze ans, il semble déjà un homme, sur les épaules duquel tout va bientôt reposer. Il suffira que Jerry soit mis à la porte de son boulot, refusant de rebondir comme le feraient tant d’autres dans une Amérique où les petits jobs coulent à flots, refusant de laisser sa femme travailler… situation qui va mettre pour ainsi dire le feu aux poudres. Voilà le fiston confronté aux états d’âmes d’une mère encore jeune qui suffoque dans son quotidien corseté, à la fuite en avant d’un père en mal de sens et qui partira jouer les pompiers dans l’espoir d’en trouver un à sa vie, laissant seule sa maisonnée prête à imploser. À l’image des incendies qui dévastent les bois alentours, l’air deviendra soudain incandescent, l’ambiance étouffante. Sous l’apparente tranquillité couvait un foyer infernal qui n’attendait qu’une étincelle pour s’embraser. Progressivement l’image d’Épinal se distord, devient disgracieuse, sans qu’aucun des protagonistes ne soit condamné pour ses parts de noirceur. Chacun est relégué à son statut de pauvre diable combattant ses démons intérieurs sous le regard impuissant de Jœ, devenu victime collatérale et qui, loin de baisser les bras, va avoir la sagesse de se battre à son humble manière.

Si la forme est classique, la mise en scène magistrale finit par nous transporter, subtile, jamais appuyée. Elle se fait discrète et efficace à l’instar des acteurs phares Jake Gyllenhaal et Carey Mulligan qui incarnent les parents, tout en laissant l’espace nécessaire au tout jeune Ed Oxenbould, qui porte le film grâce à son interprétation sensible. Il est Joe, personnage dans lequel Paul Dano nous livre à demi-mots une part de lui-même.