LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À vos aiguilles !
L’an passé nous vous avions mis à contribution pour tricoter ou crocheter des petits carrés de 10x10cm, une fois assemblés, ils ont formé des couvertures que nous avons envoyé à l’Auberge des Migrants de Calais. p { margin-bottom: 0.21cm; } Cette année nous continuons notre partenaria...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

UNDERCOVER, une histoire vraie

(White Boy Rick) Yann DEMANJE - USA 2018 1h51mn VOSTF - avec Matthew McConaughey, Richie Merritt, Bel Powley, Jennifer Jason Leigh...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UNDERCOVER, une histoire vraieCette manie d'estampiller les films « d'après une histoire vraie »… En l'occurrence, telle que la raconte le film, l'histoire de Rick Wershe, le « petit blanc », le « White Boy Rick » du titre original, se confond avec celle de sa ville, Détroit, à ce moment précis de l'Histoire des États-Unis où la politique ultra-libérale menée par Ronald Reagan, comédien de séries B miraculeusement devenu Président, va plonger pour longtemps des pans entiers de la société américaine dans la pauvreté. Et cette évocation extrêmement précise, documentée, d'un passé pas si lointain est évidemment un éclairage porté sur l'Amérique contemporaine. Quelle est, d'où vient l'Amérique qui a élu Donald Trump ? De la ségrégation et du Ku-Klux-Klan, nous dit à raison Spike Lee dans BlackKklansman. Mais certainement plus encore de ce tournant des années 80 où toute une population prise dans une chute sociale vertigineuse dut suivre l'injonction d'être « de la race des lions ». Des battants. Des « winners ». À tout prix. Sec, nerveux, efficace, Undercover détourne et contourne habilement les codes du polar pour évoquer l'ascension et la chute d'un petit caïd trop vite monté en graine et fabriqué à dessein par une police fédérale bien peu morale, à ce moment d'extrême violence sociale qui a modelé pour longtemps les États Unis d'Amérique.
Et dire qu'on a bien failli passer à côté de ce bijou ! Misère ! Sorti en catimini après les fêtes, cantonné aux séances de 22h en VF dans les multiplexes périphériques – autant dire condamné d'avance… On remercie donc chaleureusement Télérama – et précisément Cécile Mury, dont l'enthousiasme nous a convaincu de remuer ciel et terre pour découvrir Undercover.

« Detroit, années 1980. Rick Wershe n’a que 14 ans lorsque le FBI décide d’en faire un indic : le gamin, surnommé « White Boy Rick » — ou « Rick le petit Blanc » — a grandi à l’est de la ville, dans l’un des quartiers les plus pauvres. Il livre régulièrement les armes que fourgue son père aux dealers noirs du coin, et traîne volontiers avec leur bande. Il a donc ses entrées chez le caïd que la police veut faire tomber. Pour parfaire sa « couverture », on force le collégien à se lancer à son tour dans le trafic de drogue. Très vite, Rick se laisse griser par ce jeu dangereux et grimpe les échelons.
« Ne cherchez pas, dans cette adaptation d’une histoire vraie, un nouvel avatar de Scarface ou des Affranchis. Même s’il respecte en partie le cahier des charges du genre criminel (règlements de comptes, soirées bling-bling et marigot politico-mafieux), ce film trace son propre chemin, du portrait saisissant d’une ville — un Detroit sinistré, ayant troqué le capitalisme industriel contre la misère, la violence et le crack — à celui d’une famille tout aussi mal en point. La grande sœur est hérissée de colère et droguée jusqu’aux yeux. Quant au père, insubmersible magouilleur et éternel perdant, il entretient avec son fils Rick une relation fervente et bancale, à mi-chemin entre l’association de malfaiteurs et l’amitié fusionnelle. Ce lien complexe, poisseux et poignant, se tient au centre du récit, porté par un Matthew McConaughey amaigri, mais toujours aussi intense, face à un nouveau venu, le jeune Richie Merritt. […] Surtout, le cinéaste filme la ville comme personne : de grands ensembles délabrés en pavillons lépreux, c’est un monstre, et une victime. Un personnage à part entière ». (Cécile Mury, Télérama)