LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À vos aiguilles !
L’an passé nous vous avions mis à contribution pour tricoter ou crocheter des petits carrés de 10x10cm, une fois assemblés, ils ont formé des couvertures que nous avons envoyé à l’Auberge des Migrants de Calais. p { margin-bottom: 0.21cm; } Cette année nous continuons notre partenaria...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

MENOCCHIO

Alberto FASULO - Italie 2018 1h43mn VOSTF - avec Marcello Martini, Maurizio Fanin, Carlo Baldracchi, Nilla Patrizio... Scénario d'Alberto Fasulo et Enrico Vecchi.

Du 17/04/19 au 14/05/19

MENOCCHIOC'est un film qui s'éprouve presque physiquement, qui se vit comme une quête intérieure, comme un voyage lointain, dans l'espace et le temps. Il y a l'âpreté de ces visages usés par la dureté de la vie, ces visages de gens de peu, besogneux, taiseux. Il y a la lumière de ce village perdu au cœur des montagnes du Friouil, dans le nord-est de l'Italie du xvie siècle. Et puis il y a l'obscurité du cachot, creusé dans le ventre de la terre, ce même sol qui accueille, non loin, les fastes dorés des palais pontificaux. C'est un film qui avance entre lumière et obscurité, entre la matière et l'esprit, entre le chaos et le divin, et il y a quelque chose d'un tableau de Rembrandt ou du Caravage dans ce Menocchio.

Le réalisateur, Alberto Fasulo, est fasciné depuis son plus jeune âge par la figure de ce Menocchio, un personnage atypique et complexe qui se niche dans l'imaginaire de sa région natale, et dont le destin tragique a traversé les siècles.
Domenico Scandella, dit Menocchio est un homme apparemment ordinaire, un humble meunier qui aurait pu tranquillement se perdre dans l'anonymat de l'Histoire. Menocchio n'est pourtant pas comme tous les autres : il sait lire, écrire, et surtout réfléchir. Il est, comme le dit dans le film un de ses détracteurs, « un esprit qui peut ». Et ceci, dans le contexte tendu et sombre de l'église catholique romaine de la fin du 16ème siècle, menacée par l'avancée de la réforme protestante, ne peut être toléré. La condamnation, pour toux ceux qui osent s'aventurer en dehors des dogmes de l'Église, est l'anéantissement et l'arrachement tant au royaume terrestre qu'à celui des cieux : l'oubli. Accusé d'hérésie, le tenace Menocchio ne semble pas vouloir écouter les suppliques de ceux qui lui demandent de se repentir pour sauver sa vie. Menocchio n'est pas un simple rebelle, c'est un héros solitaire et têtu, intimement convaincu par sa propre interprétation du divin. Menocchio croit en la valeur de l'homme du commun, qu'il place à l'égal du puissant, du noble, et même du pape. Il est l'incarnation même de la nature, dans toute sa simplicité, sa splendeur, sa spontanéité. Mais il interpelle avec aplomb les puissants, narguant les fastes et les ors d'une Eglise qui est bien loin du dénuement des premiers Chrétiens… Menocchio doit se repentir ou bien périr par les flammes.

Le travail extraordinaire qu'Alberto Fasulo a fait avec ses acteurs, pour la plupart des non-professionnels, a donné vie à un chœur de visages et de voix uniques, comme si chaque personnage, avec son accent chantant, l'inflexion très particulière de sa voix, était en lui-même tout un univers. La caméra de Fasulo enquête sur les visages et les corps (souvent filmés de très près, avec insistance), se transforme elle-même en regard inquisiteur, mais c'est une inquisition bienveillante dont il s'agit, qui cherche à souligner ce que la voix n'ose exprimer. En cherchant à creuser, au-delà des détails historiques, Fasulo utilise son regard comme un lien entre le passé et le présent car son film est aussi une réflexion diablement moderne sur l’interprétation par les hommes de la chose religieuse.