LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À vos aiguilles !
L’an passé nous vous avions mis à contribution pour tricoter ou crocheter des petits carrés de 10x10cm, une fois assemblés, ils ont formé des couvertures que nous avons envoyé à l’Auberge des Migrants de Calais. p { margin-bottom: 0.21cm; } Cette année nous continuons notre partenaria...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

Dans le cadre de la semaine WOODSTOCK 50 ANS APRÈS qui aura lieu à l'Université
Paul Valéry - Montpellier 3 du 15 au 19 avril.
Vendredi 19 avril à 20h, projection unique et exceptionnelle présentée par Jean-Marc Lavaur, organisateur de la table ronde Woodstock : Tant de choses encore à raconter.
Séance précédée d'un apéritif musical sur la terrasse du cinéma à 19h30.

WOODSTOCK

(version intégrale) Michael Wadleigh - documentaire USA 1970 3h40mn VOSTF -

Du 19/04/19 au 19/04/19

WOODSTOCKEn août 1969, il y a 50 ans, plus d’un demi-million de jeunes américains se réunissent à Béthel, près de New-York, dans un champ loué pour l’occasion, pour ce qui sera l’un des plus grands festivals de musique de l’Histoire contemporaine. L’Amérique traverse des années de doutes : Guerre du Vietnam, lutte pour les droits civiques, assassinat de Martin Luther King… mais le festival, célèbrera la paix et la musique pendant 3 jours malgré de très nombreux imprévus (routes bloquées, embouteillages monstres, commerces dévalisés, l’armée et ses hélicoptères en renfort pour faire venir les musiciens…).

Michael Wadleigh, cinéaste indépendant, souhaite que son documentaire soit aussi intemporel que possible. Il mobilise 17 caméras, les meilleurs techniciens de l’époque qui produiront 172 heures d’images. Il s’associe à Martin Scorsese qui sera confiné sur un praticable de 3m2 près de la scène pendant les trois jours, sans pouvoir bouger, en essayant de rester en contact permanent avec les cadreurs. Thelma Schoonmaker, recrutée comme chef-monteuse, passera un an à visionner les multiples rushes et concevoir avec le réalisateur les « split screen » pour un résultat éblouissant à l’écran. Le film obtiendra l’oscar du meilleur documentaire en 1970. 50 ans après, le documentaire Woodstock exerce toujours la même fascination. Le mot de la fin revient à Martin Scorsese : « Le film parvient encore à rendre l’essence du festival, à faire en sorte que Woodstock reste un évènement vivant, il permet aux jeunes générations d’être en phase avec l’état d’esprit chaotique des années 60, du moins à la partie la plus heureuse de cet état d’esprit ». Il reste à jamais le témoin d’une époque et d’une génération.