LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Ciné Trico'thé d'Octobre & Novembre
On se retrouve le samedi 5 octobre dans le hall du cinéma après la séance - vers 15h45 - de Roubaix, une lumière, à 13h50 pour papoter, siroter un thé et tricoter !Le Ciné trico’thé de novembre est déjà annoncé ! Ce sera le samedi 2 novembre à 13h30 pour la séance de Alice et le maire.... Lire C...

Dernier Ciné trico'thé de la saison !
On se retrouve le samedi 1er juin dans le hall du cinéma après la séance - vers 16h - de L’ADIEU À LA NUIT, pour papoter, siroter un thé (sûrement glacé !) et tricoter !... Lire Dernier Ciné trico'thé de la saison !...

BEAU JOUEUR

Écrit, filmé et réalisé par Delphine GLEIZE - documentaire France 2019 1h40mn - avec l'équipe de l'Aviron Bayonnais...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BEAU JOUEURSaison 2016-2017. L’Aviron Bayonnais, équipe de rugby du Top 14, subit une série de coups durs. Malgré des efforts continus, les défaites s’enchaînent. Mais un jour, le vent tourne et tout semble à nouveau possible. L’équipe parviendra-t-elle à maintenir cette dynamique, à sauver sa place en première division du championnat de France ? Delphine Gleize filme cette odyssée sportive avec humour et passion. Elle est la seule femme dans les vestiaires et les hommes lui parlent comme si elle était l'« un » des leurs. À travers sa caméra, elle se rapproche d’eux tout en gardant une posture d’observation, et parvient à capturer des éléments qui définissent et éclairent les liens entre ces hommes. Match après match, les joueurs se mettent à considérer la cinéaste comme une membre de leur groupe, telle une joueuse secrète de leur équipe. Elle est alors complice et partenaire, mais n’oublie pas son objectif. Être à la fois à l’intérieur et un élément extérieur avec une caméra devient un vrai défi pour la cinéaste. Un film complexe sur le sport et les relations humaines, et un portrait sagace dans l’intimité des sportifs. (Visions du Réel)

« Au départ, j'écrivais un scénario sur une histoire d'amour entre un coach sportif et une jeune femme. Pour étayer mon histoire, j'ai rencontré le staff de l'Aviron Bayonnais qui était déjà en pleine tourmente. Au bout de quelque temps, je me suis dit que ce serait intéressant de vivre et de filmer au plus près de ce groupe. Et l'aventure a commencé…
« J'ai passé sept mois avec eux. Et j'avoue que j'ai appris beaucoup de ce groupe, certes dans la tourmente mais extraordinaire de solidarité. Je suis partie du principe de ne pas faire de plan de match, mais de me concentrer avec ma caméra à l'épaule sur ces joueurs, leurs sentiments face à ses défaites qui s'accumulaient…
« J'ai vécu de vrais et beaux moments avec des hommes qui donnent tout, qui sont vrais malgré les caméras à un mètre d'eux. Je vous promets que dans mes prochains films, je serai bien plus exigeante avec mes acteurs pour qu'ils arrivent à reproduire ce qu'ont fait ces joueurs. Dans ma carrière de réalisatrice, l'acteur qui est aussi vrai, aussi impliqué qu'eux dans ses rôles, c'est Vincent Lindon.
« Suivre ces joueurs, c'est comme suivre des travailleurs dans leur quotidien. Malgré la défaite, ils se relèvent toujours, même après une semaine difficile à ressasser tout cela. J'ai remarqué que l'on était toujours plus solidaire dans la défaite que dans la victoire. C'est la vie en vrai, sans scénario pré-écrit… Cela m'a un peu rappelé le documentaire que j'avais réalisé avec Jean Rochefort, Cavaliers seuls, sur le monde de l'équitation. En vérité, jusqu'au bout, j'ai cru qu'ils allaient se sauver. Malheureusement, ce ne fut pas le cas… » (Delphine Gleize dans La Dépêche)