LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

THE INTRUDER de Roger Corman
Nous sommes heureux de vous annoncer qu’Utopia s’est associé à l’excellent distributeur Carlotta Films pour proposer aux spectateurs d’Utopia une pépite cinématographique rare en accès libre sur le Vidéo Club Carlotta : The Intruder de Roger Corman. Roger Corman, surnommé « le roi de la série B ...

"Un sale métier" à voir sur Mediapart
UN SALE METIER, c’est le titre (emprunté au Voleur de Georges Darien) d’un très chouette film réalisé par Pascal Catheland il y a quelques années, qui est visible en accès libre sur le site de Mediapart pendant une semaine à partir du 26 avril 2020 : Un sale métier / Mediapart. La présentation d...

LES GRANDS VOISINS, LA CITE REVEE
LES GRANDS VOISINS et Utopia Sainte Bernadette à MontpellierUne fois n’est pas coutume, à la suite de nos amis d’Utopia Tournefeuille, nous nous essayons à partager avec vous un film, LES GRANDS VOISINS - et de profiter autant que possible de ce moment pour discuter, ensemble, avec d’autres. San...

CONTRE TON COEUR

Teresa Villaverde - Portugal 2019 2h16mn VOSTF - avec Alice Albergaria Borges, João Pedro Vaz, Beatriz Batarda, Clara Jost, Tomás Gomes...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CONTRE TON COEUROn commençait à avoir l’habitude d’attendre du cinéma portugais des films excentriques ou radicaux. Et voilà qu’une cinéaste arrive, en un portrait de famille déchirée par la crise, à trouver une issue bien plus lumineuse et étonnante. C’est une joie de retrouver Teresa Villaverde, auteure, entre autres, de deux films auréolés d’un certain prestige dans le circuit cinéphile (Os Mutantes en 1988, et Transe en 2006), qui ont fini par tomber un peu dans l’oubli, éclipsés par Pedro Costa dans le panorama international. Loin des formules qui ont fait le succès de ce cinéma portugais des dernières décennies, Villaverde tente ici quelque chose de finalement bien plus courageux : partir d’une ambiance et de personnages absolument reconnaissables et conventionnels pour atteindre finalement quelque chose de brumeux et mystérieux.

Contre ton cœur pourrait passer (à tort) pour un film de plus sur la crise portugaise mais ses ambitions sont bien plus grandes. Il ne s’agit plus ici de morts-vivants, ni de spectres, ni d’un revers fantasmatique de la triste réalité épuisée des quartiers pauvres, mais au contraire, de revenir à des structures plus concrètes pour ensuite transmettre une certaine idée du mouvement qui se crée dans un pays, dans une famille, au moment où plus rien ne semble tenir debout. Voilà le grand sujet du film : comment recommencer ? Et Villaverde l’aborde de la façon la plus simple et claire possible, en une succession de persécutions et de fuites des trois personnages principaux (la mère, la fille, le père), qui s’échinent à disparaître, toujours à un centimètre près de la catastrophe, du saut dans le vide, à l’image de la meilleure amie de la jeune héroïne qui grimpe, enceinte et désespérée, sur le rebord d’un toit. Ce que Villaverde décrit ici ressemble à une ruche abandonnée, comme un film normal dont il ne resterait que des figurants passés au premier plan presque sans le vouloir. Et la ville qu’ils parcourent ne semble être que l’espace d’un déséquilibre, où le lien qui relie les personnages se fragilise sans cesse. Une solitude seulement brisée par des dialogues banals (« Je reviens tout de suite », « J’ai rendez-vous avec ton père », « Marta n’est toujours pas rentrée ? ») qui ne semblent être prononcés que pour vérifier qu’il reste toujours bien quelqu’un pour les entendre.

Conclure que pour Villaverde, une crise est une bonne occasion de se réinventer semblerait donc prématuré. Son discours ressemble plutôt à quelque chose comme : « Tant qu’il y aura une petite fenêtre ouverte par laquelle sortir de soi et se projeter dans l’autre, il y aura de l’espoir. » Et cela résonne comme un écho d’une ancienne utopie, celle du cinéma classique. Quand, pour cause de factures impayées, on coupe l’électricité chez les protagonistes, et que même la belle lumière du film (signée Acácio de Almeida) disparaîtra et que la nuit prendra le contrôle du film, cela semble offrir la possibilité d’être perçu autrement, comme un retour à l’enfance et aux campings de vacances. Voilà ce que tente Villaverde avec son film : nous rappeler qu’on peut toujours définir de nouvelles frontières. D’où ce désir de fuite, de changement, de transformation auquel ces êtres solitaires s’accrochent comme à une promesse.

(Alfonso Crespo, Sofilm)