LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Dernier Ciné trico'thé de la saison !
On se retrouve le samedi 1er juin dans le hall du cinéma après la séance - vers 16h - de L’ADIEU À LA NUIT, pour papoter, siroter un thé (sûrement glacé !) et tricoter !... Lire Dernier Ciné trico'thé de la saison !...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

LE FLAMBEUR

(The Gambler) Karel REISZ - USA 1974 1h51mn VOSTF - avec James Caan, Lauren Hutton, Paul Sorvino, Morris Carnovsky, Burt Young... Scénario de James Toback (le réalisateur du génial Fingers / Mélodie pour un tueur). Musique splendide de Jerry Fielding, d'après la Symphonie N°1 de Gustav Malher.

Du 19/06/19 au 16/07/19

LE FLAMBEURAttention, découverte à ne pas rater ! On vous refait le coup de Breaking away l'an dernier : un film américain sorti de nulle part, ici un chef d'œuvre dostoïevskien d'une intensité renversante signé Karel Reisz. Le Flambeur comme son réalisateur sont aujourd'hui un peu tombés dans l'oubli, mais font l'objet de la ferveur d'un petit cercle d'admirateurs que vous allez sans aucun doute rejoindre quand vous aurez vu le film. Bienvenue au club.

Il aurait pu avoir une vie plaisante, Alex, tant il semble doué de toutes les qualités. Mieux que beau, séduisant, gâté par la vie, dernier héritier d'un grand-père étonnant, venu de l'est de l'Europe pour émigrer aux USA armé de sa culture, de sa rage de gagner, fondateur d'une grande famille profondément attachée à ses origines mais qui a trouvé son biotope au sein de New York. Il est aimé de tous et sa mère, une personne superbe, médecin brillante et dévouée, est beaucoup trop indulgente pour ce fils devenu orphelin très jeune, douloureuse quand il souffre, capable de se dépouiller pour lui… Excellent prof, Alex fascine, charme ses élèves en enseignant la littérature avec une passion communicative imprégnée de ses tourments secrets.
Alex plait, Alex capte l'attention, accroche les cœurs durablement. Mais l'aimer c'est être confronté à une mise à l'épreuve constante : Alex joue et ne sait pas s'arrêter de jouer. Il joue à tous les jeux, accro à une surenchère constante. Il joue ses salaires, ses amours, ses amis, sa vie… dans une sorte de poker constant où la jouissance procurée par la prise de risque lui est devenue si nécessaire qu'une vie sans cette constante remise en jeu devient fade et dénuée d'intérêt. Pourtant, qu'ils sont amer les petits matins où, après l'ivresse excitante d'une nuit passée à remettre ses gains sans cesse sur le tapis, il se retrouve dans les rues blêmes de New York, ayant perdu bien au-delà de ce qu'il aurait dû risquer : « 44 000 dollars, tu te rends compte de ce que c'est ? lui dit son bookmaker, « 6 Cadillac ! »… Alors que son traitement de prof n'excède pas 1500 dollars par mois. Ce type-là l'aime aussi, tente de le raisonner, de l'aider à rester dans ses limites. Mais Alex ne s'avoue jamais battu, et il y a toujours un coup qui suit le coup de trop…
Sa petite amie est magnifique, elle a un charme qui vient de ses petites particularités qui la distinguent de toutes les autres. On sent vibrer dans son regard comme une souffrance enfouie : elle le comprend plus que n'importe qui d'autre, non qu'elle aime souffrir, mais c'est avec lui qu'elle se sent le plus intensément vivre, en symbiose avec sa propre quête d'absolu.
Quand il évoque Dostoïevski lors d'un cours devant ses élèves, au sortir d'une nuit blanche passée à jouer, Alex définit avec un brio magistral cette jouissance mêlée de douleur qui le pousse à une forme de recherche folle et suicidaire de toujours plus d'intensité : « la raison ne satisfait en l'homme que le rationnel, le désir en revanche englobe tout ». Il ira très loin, Alex, dans le questionnement de ses limites et des limites de ceux qui l'aiment ou qui le croisent. Sensible, animé de pulsions contradictoires, il « flambe », constamment porté par la certitude qu'il va gagner, malgré la conscience des risques qu'il ne cesse de prendre à se frotter à un milieu de bookmakers sans pitié, où seul l'argent compte : « pour 10 000 dollars, ils vous brisent les mains, pour 20 000, ils vous défigurent » dit-il lui même à sa mère, entraînant ses proches vers ses propres abîmes.

Karel Reisz est un réalisateur anglais, né en Tchécoslovaquie, un des plus grands de ceux qui firent le « free cinema » britannique, cette période de foisonnement formidable dans les années 60 où le cinéma se libérait de toute contrainte, osant les sujets les moins balisés, s'affranchissant des formats académiques. Samedi soir, dimanche matin, le film qui l'a révélé, marqua cette époque, ouvrant sur une tradition de cinéma social dont Ken Loach prit si bien la suite… Reisz signe avec Le Flambeur, sur un scénario de James Toback – expert en addictions en tous genres ! –, sa première réalisation américaine. Quel coup de maître ! Le rapport avec Le Joueur de Dostoïevski est revendiqué jusque dans le nom de son héros, Alexeï Ivanovitch devenant ici Alex… Un Alex incarné par un extraordinaire James Caan, subtil, charmeur, intense jusqu'à la souffrance, emportant dans la même fièvre les autres personnages.