LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CALENDRIER - ACCESSIBILITE PMR bis
Suite aux retards des travaux de la ligne 5 et donc, par extension, sur notre cinéma, la rampe d’accès sur le côté du bâtiment ne sera pas modifiée avant la rentrée des vacances scolaires. Le cinéma reste donc accessible aux fauteuils roulants jusqu’au 5 janvier inclus.Avec toutes nos excuses po...

CALENDRIER - ACCESSIBILITE PMR
Chers spectateurs, voici une information concernant l’accès au cinéma, pendant les travaux de la ligne 5 du tramway :- du 14 novembre au 2 décembre 2019 : destruction et reconstruction de la rampe d’accès le long du bâtiment. Pendant cette période, et seulement cette période, le cinéma ne sera p...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

IN FABRIC

Peter STRICKLAND - GB 2018 1h58mn VOSTF - avec Marianne Jean-Baptiste, Leo Bill, Hayley Squires, Gwendoline Christie, Fatma Mohamed...
Interdit aux moins de 12 ans

Du 20/11/19 au 10/12/19

IN FABRICLa boutique de prêt-à-porter Dentley & Soper’s, son petit personnel versé dans les cérémonies occultes, ses commerciaux aux sourires carnassiers. Sa robe rouge, superbe, et aussi maudite qu’une maison bâtie sur un cimetière indien. De corps en corps, le morceau de tissu torture ses différent(e)s propriétaires avec un certain raffinement dans la cruauté. La fable tombe à pic pour les fêtes de Noël, tant il est vrai, semble nous dire le réalisateur, que le bonheur ne se niche définitivement pas dans la fièvre consumériste.

Après le très théorique - mais distancié - Berberian sound studio et le splendide Duke of Burgundy, hommage délicat et sensuel au cinéma de Jess Franco, Peter Strickland poursuit son exploration du cinéma bis en détournant un scénario malicieux digne d’un épisode de La quatrième dimension, pour mieux nous immerger dans son cabinet de curiosités fétichiste où les ombres de Dario Argento, Luis Buñuel, Alejandro Jodorowsky et tant d’autres figures iconoclastes se croisent. On pense même à Terry Gilliam période Brazil avec ses deux fonctionnaires hilarants sortis tout droit d'un roman de Kafka.
De cette histoire d’une robe rouge maléfique qui torture ses propriétaires pris dans une forme d’addiction incontrôlée pour le tissu, Peter Strickland parvient à dépasser l’exercice de style maniériste en signant un poème macabre ensorcelant, drôle et inquiétant, à la beauté visuelle stupéfiante, transfigurée une fois de plus par une bande son époustouflante signée Barry Adamson. On n’oubliera pas de sitôt l’actrice roumaine Fatma Mohamed, fascinante et inquiétante en vendeuse tout droit sortie d’un conte de Grimm. Sinon le chef d'œuvre de l'année, en tous cas - si le mot n'était pas galvaudé - un futur film culte à ranger sur l'étagère des Suspiria, Lost Highway, Phantom of the paradise.