LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CALENDRIER - ACCESSIBILITE PMR bis
Suite aux retards des travaux de la ligne 5 et donc, par extension, sur notre cinéma, la rampe d’accès sur le côté du bâtiment ne sera pas modifiée avant la rentrée des vacances scolaires. Le cinéma reste donc accessible aux fauteuils roulants jusqu’au 5 janvier inclus.Avec toutes nos excuses po...

CALENDRIER - ACCESSIBILITE PMR
Chers spectateurs, voici une information concernant l’accès au cinéma, pendant les travaux de la ligne 5 du tramway :- du 14 novembre au 2 décembre 2019 : destruction et reconstruction de la rampe d’accès le long du bâtiment. Pendant cette période, et seulement cette période, le cinéma ne sera p...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

DIMANCHE 8 DÉCEMBRE à 10h30. Séance unique suivie d'une rencontre avec la réalisatrice
Petit Déjeuner
 : le cinéma ouvre ses portes à 9h45, nous nous occupons du café, thé et jus de fruit, ,nous comptons sur vous pour apporter de bonnes et saines choses à manger et partager.

L'ART D'ACCOUCHER

Sandra DUCASSE et Francisco TARANTO Jr - documentaire France 2019 1h14mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L'ART D'ACCOUCHERC’est l’un des actes les plus naturels qui soient et c’est pourtant aujourd’hui, dans nos sociétés, l’un des plus médicalisés. Dans la plupart des pays occidentalisés, la femme enceinte va durant neuf mois être l’objet de toutes les attentions, de toutes les auscultations. Chaque parcelle de son organisme, de sa peau à son sang en passant par ses muscles ou ses os, va être scrutée, suivie, sondée, examinée, analysée, comparée. Aujourd’hui, l’omniprésence de la médecine au cœur de ce temps si particulier dans la vie d’une femme a permis bien des progrès pour la santé des mères et des bébés, mais nombreux sont les témoignages qui évoquent ce sentiment diffus d’avoir, à l’hôpital ou en clinique, été dépossédée de la magie de cet instant par une trop forte médicalisation. S’ajoutent souvent à cela des services débordés, du personnel soignant parfois peu considéré et mal payé (c’est le lot des sages-femmes mais aussi des infirmières, des puéricultrices), qui ne peut assurer sereinement sa mission. On reste de moins en moins longtemps dans les services de maternité alors que c’est précisément un temps où la mère aurait tant besoin d’attentions, de soins, de conseils, de patience.
Alors des femmes, ou plutôt des couples, car l’accouchement est aussi, quand même, un peu une histoire d’hommes, font le choix d’accoucher autrement. Soit dans des « maisons de naissance » ou des services de maternités spécialisés, où un accompagnement le plus physiologique possible est envisagé (suivi personnalisé par des sages-femmes, possibilité d’accoucher dans l’eau, pas de déclenchement, pas de péridurales, préparation sur des ballons), soit carrément à domicile, où la préparation avec une sage-femme permet à la future mère, le jour J, d’accoucher dans son environnement, proche des siens, comme le faisaient les femmes il n’y a finalement pas si longtemps. Pourtant, cette pratique demeure assez mal vue en France et pose de multiples questions sur l’engagement et les responsabilités des sages-femmes.

Ce documentaire interroge les mères, les pères, les futurs parents, les professionnels et partage les expériences plus ou moins heureuses de cet instant intense et bouleversant qu’est l’arrivée au monde d’un enfant. C’est l’occasion de nous interroger sur les structures locales qui permettent un art d’accoucher différent, sur leur difficulté à exister dans un système de santé de plus en plus contraint par des exigences de rentabilité et sur les parcours complexes et parfois cernés d’embuches que les futures mères affrontent quand il s’agit de faire en dehors de la norme.