LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements en chèques, espèces et carte bleue)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE
Crowdfunding sur Ulule - cliquez sur « me prévenir du lancement » ou écrivez nous à pont-sainte-marie@cinemas-utopia.org... Lire SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE...

La Covid, la Ligne 5, le « Learning center » et UTOPIA
La Covid, la Ligne 5, le « Learning center » et UTOPIALes médias en auront fait leur feuilleton de l’été : la culture est au plus mal et le cinéma carrément à l’agonie. Impossible d’ouvrir un journal, d’allumer la radio ou de jeter un œil sur le fil de son réseau social préféré, sans e...

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 10
Chers spectatrices et spectateurs : Pour vous parler de l’avancée des travaux au cinéma et alentours, et suivre ainsi le fil de la construction de cette future ligne de tram : Les travaux de la terrasse sont terminés. Les travaux de la rampe PMR sont terminés. Les travaux de l’escalier sont term...

JEUDI 28 NOVEMBRE à 17h45
SÉANCE UNIQUE proposée et présentée par le ciné-club du lycée Nevers

BLOW OUT

Écrit et réalisé par Brian DE PALMA - USA 1981 1h47mn VOSTF - avec John Travolta, Nancy Allen, John Lithgow, Dennis Franz...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BLOW OUTDans Blow up, d’Antonioni, un photographe découvrait dans l’arrière-plan d’une de ses photos un crime en train d’être commis. John Travolta, le preneur de son héros de Blow out, alors qu’il enregistre de nuit divers bruits de la nature, « entend » un meurtre. Témoin de l’accident de voiture dont est victime un célèbre sénateur, il se rend compte, à la réécoute incessante de sa bande, que l’éclatement du pneu a été précédé d’une déflagration. Un coup de feu ? Il décortique les bruits, reconstruit, visualise la scène enregistrée.
Aux côtés de l’ingénieur du son et d’une jeune call-girl rescapée de l’accident (elle était aux côtés du sénateur mais il ne faut surtout pas que ça se sache), nous reconstituons le puzzle. Une histoire machiavélique où se mêlent assassinat politique, chantage crapuleux et crimes sadiques.

Plus qu’un décalque sonore du Blow up d’Antonioni, dans lequel un meurtre était élucidé à partir d’une photo, Blow out (le titre fait référence à « l’éclatement » d’un pneu) a pour matrice les images d’Abraham Zapruder, qui a filmé en direct l’éclatement du crâne de JFK à Dallas. Sans parler, évidemment, de Conversation secrète, de Coppola, que De Palma admirait plus que tout.
Virtuosité au plancher, De Palma ne s’embrouille jamais dans les fils de son intrigue. La tension va crescendo, jusqu’à un final assez époustouflant où l’on retrouve le lyrisme baroque, le romantisme noir et le sens de la dérision que manie si bien le réalisateur.
L’art de la citation, du dédoublement et de la mise en abyme, cher à l’auteur de Snake Eyes, atteint des sommets de virtuosité dans ce thriller paranoïaque à entrées multiples. Roi du mixage (de sons, d’images, d’influences), De Palma signe l’un des meilleurs films américains des années 1980, magnifié par la photo « en couleurs en noir et blanc » de Vilmos Zsigmond.