LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements en chèques, espèces et carte bleue)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 10
Chers spectatrices et spectateurs,Pour vous parler de l’avancée des travaux au cinéma et alentours, et suivre ainsi le fil de la construction de cette future ligne de tram :Les travaux de la terrasse sont terminés.          Les travaux de la rampe PMR sont terminés.                Les travaux de...

"Un sale métier" à voir sur Mediapart
UN SALE METIER, c’est le titre (emprunté au Voleur de Georges Darien) d’un très chouette film réalisé par Pascal Catheland il y a quelques années, qui est visible en accès libre sur le site de Mediapart pendant une semaine à partir du 26 avril 2020 : Un sale métier / Mediapart. La présentation d...

LES GRANDS VOISINS, LA CITE REVEE
LES GRANDS VOISINS et Utopia Sainte Bernadette à MontpellierUne fois n’est pas coutume, à la suite de nos amis d’Utopia Tournefeuille, nous nous essayons à partager avec vous un film, LES GRANDS VOISINS - et de profiter autant que possible de ce moment pour discuter, ensemble, avec d’autres. San...

JEUDI 19 DÉCEMBRE à 20h, séance unique suivie d'une rencontre avec Edith Patrouilleau, qui a participé en 1977 à la création du Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA-Nitassinan), suite à la rencontre avec la première délégation amérindienne à l’ONU.

WARRIOR WOMEN

Elisabeth A.CASTLE et Christina D. KING - documentaire USA 2018 1h04mn VOSTF - Meilleur Documentaire au Festival Women In de Vancouver et à l'American Indian Film Festival de San Francisco.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

WARRIOR WOMEN« Si tu veux des belles phrases, invite les hommes ; si tu veux que les choses soient faites, invite les femmes. » Madonna Thunder Hawk

Tout commence avec Hutch… Oui le blondin de Starsky et Hutch, alias David Soul. Quel rapport me direz vous entre le flic sexy et les luttes amérindiennes ? Eh bien David Soul, en 1980, est militant des causes amérindiennes et alors que des milliers d’Amérindiens se regroupent en un grand rassemblement de protestation et occupent les Black Hills pour lutter contre la spoliation de leurs terres ancestrales, David filme. Près de 40 ans plus tard, deux jeunes réalisatrices aux origines amérindiennes cherchent des archives et entendent parler des images de David Soul. L’acteur leur donne accès à ces images remisées dans une cave de Los Angeles, et elles découvrent ces plans où on voit notamment, en arrière-plan, une femme, talkie-walkie en main, qui coordonne toutes les prises de paroles. Cette femme, c’est Madonna Thunder Hawk, aujourd’hui âgée de 80 ans, qui va devenir l’héroïne principale de ce documentaire.

Il faut dire que Madonna a eu une vie et un parcours impressionnant. Née en 1940 dans une réserve Sioux du Dakota du Sud, elle est enlevée très tôt à sa famille dans le cadre de la sinistre opération des « pensionnats indiens », destinée à socialiser les enfants amérindiens dans un univers totalement blanc. Marquée par cette expérience, Madonna rejoint très tôt l’American Indian Movement né en 1968, équivalent amérindien des Black Panthers. Elle participera entre autres à l’occupation de l’île célèbre d’Alcatraz, à celle du village de Wounded Knee chers aux Sioux en souvenir du massacre de 1890, et à celle du fameux Mont Rushmore. Au cœur de ces luttes, la dénonciation de la spoliation des terres et de leur pollution (la vallée natale de Madonna a volontairement été inondée), l’exigence du respect de la culture et de l’éducation autochtone face à un système américain qui prétend vouloir effacer cet héritage culturel. Et l’aboutissement de cette vie est évidemment le combat tout récent de Standing Rock face au dévastateur « Dakota Access Pipe Line » qui menace les ressources ancestrales en eau des territoires lakotas.

Warrior women met essentiellement l’accent sur le combat des femmes face à des médias et une historiographie qui ont plus facilement retenu John Trudell ou Léonard Peltier (même si ceux-ci méritent notre éternel respect) que Madonna Thunder Hawk . C’est donc un film de femmes sur un combat de femmes, d’autant que le film montre aussi la passation entre Madonna et sa fille Marcy qui a repris admirablement le flambeau.