LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 9
Chers spectateurs,Suite aux travaux de reconstruction, merci de noter que la rampe PMR ne sera pas accessible aux fauteuils roulants entre le mercredi 26 février et le vendredi 28 février inclus.N’hésitez pas à nous appeler (0467523200) pour connaître l’avancement des travaux afin de ne pas vous...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 8
Chers spectateurs.Actuellement, la rampe d’accès PMR est praticable.Veuillez noter qu’une nouvelle déconstruction/reconstruction est prévue, mais nous ne savons pas encore quand.Cordialement.... Lire CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 8...

Séance unique le jeudi 30 janvier à 20h, suivie d'une rencontre avec le réalisateur Gil Corre, animée par Lou Prigent de Jazz à Junas et Carole-Anne Stuber de la Cie du Tigre Blanc. En partenariat avec l'antenne de Montpellier du Mouvement H/F
(Mouvement pour légalité professionnel Hommes-Femmes dans les arts et la culture)

FEMMES DE JAZZ

Réalisé par Gil Corre
France 2000 1h20 - FIPA d'or à Biarritz 2000

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

Avec Diane Moser (pianiste), Akua Dixon (violoncelliste, compositrice), Virginia Mayhew (saxophoniste, compositrice), Susie Ibarra (percussionniste), Magali Souriau (pianiste, chef de big-band), Ellen Christi (chanteuse), Elizabeth Panzer (harpiste), Miri Ben Ari (violoniste), Myra Melford (pianiste), Myia Masaoka, koto, Ingrid Jensen (trompettistes), Elise Wood (flûtiste), Maria Schneider (compositrice, chef de big band), Marilyn Crispell (pianiste), Jane Ira Bloom (saxophoniste), Sylvia Cuenca (percussionniste), Jayne Cortez (poète et interprète), Jeanne Lee (chanteuse), Su Terry (saxophoniste), Bertha Hope (pianiste), Kim Clarke (bassiste), Paula Hampton (batteuse)…
Toutes ces musiciennes ont une aînée, que Duke Ellington célébra souvent : Mary Lou Williams, pianiste et compositrice née en 1910, qui a traversé une bonne partie du XXe siècle. Les femmes ont joué du jazz depuis que celui-ci existe, nous rappelle le documentaire de Gilles Corre ».
À l'orée du nouveau millénaire, Gil Corre réalise les portraits croisés d’une vingtaine de musiciennes qui ont choisi d’affronter la jungle de New-York pour se faire un nom au Panthéon du jazz et interroge leur position particulière dans un espace traditionnellement masculin. Pour se démarquer, certaines affirment un engagement radicalement féministe. D'autres, comme Ingrid Jensen, jouent, en essayant d'évacuer la problématique sexiste. La jeune trompettiste a joué avec le Mingus Big Band, le Maria Schneider Orchestra, le Vienna Art Orchestra... « Quand je monte sur scène, c'est pour jouer de la musique, et non pas pour montrer qu'une femme peut jouer de la trompette », déclare-t-elle. « Mais à cause des a priori qui ont cours dans cette société, de l'image du trompettiste, je dois me confronter à ça ».
La magnifique bande son du film témoigne de manière impressionnante du nombre de femmes professionnelles, de leur talent et de leur esprit créatif ainsi que de leur importance historique dans le développement du jazz. Pour paraphraser l'historienne Rosetta Reitz, le jazz n'est plus le club exclusivement masculin qu'il pourrait sembler être. Leurs témoignages tissent une partition haute en couleurs, pleine de sincérité et d’humour, où il apparaît, qu’aujourd’hui encore, il ne va pas de soi d’être une femme dans le monde du jazz. (avec Fara C., L'Humanité)