LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

FERMETURE DU CINEMA
Suite aux mesures liées au Coronavirus, le cinéma sera fermé jusqu’à nouvel ordre.Merci de votre compréhension, et à très vite.... Lire FERMETURE DU CINEMA...

PENDANT LES TRAVAUX, LE CINÉMA RESTE OUVERT !
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.21cmL’accès à Utopia n’est pas tous les jours facile, mais on dira ce qu’on voudra : l’élargissement de l’avenue du Dr Pezet apporte une belle respiration et pas mal de lumière. Les arbres transplantés aux Prés-d’Arènes ou chez nos voisins de la Pasqu...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

THE GENTLEMEN

Écrit et réalisé par Guy RITCHIE - GB 2019 1h53mn VOSTF - avec Matthew McConaughey, Hugh Grant, Charlie Hunnam, Michelle Dockery, Jeremy Strong, Eddie Marsan, Colin Farrell...

Du 04/03/20 au 07/04/20

THE GENTLEMENCe sont des gangsters mais cela ne les empêche pas d’être raffinés. Mickey Pearson, par exemple, beau mec plutôt canaille, a beau être directement importé des États-Unis, il est plus britannique qu’un lord. Baron de la drogue à Londres, Duc de la pègre et des fermes de cannabis, il n'a de faiblesses que pour les costumes impeccablement taillés – et pour sa femme, Rosalind, qui tient un garage automobile en escarpins Louboutin et sert du champagne aux client(e)s dont la voiture n’est pas prête… Couple harmonieux, ils vivent d’humour et de plaisirs, traversent sans sourciller les périls propres à l’illégalité, se donnent mutuellement d'avisés conseils et sont couvés par le fidèle, l'irremplaçable Ray, un homme de main élégant lui aussi, à la fois vigie et majordome, placide, taiseux mais capable d’éloquence lorsqu’il s’agit de mater un adversaire.

Or donc, il advient que, las de son négoce, Mickey Pearson veut se ranger, jouir de la vie. Il est bien décidé à vendre sa florissante entreprise, valorisée à hauteur de 400 millions de dollars – ce qui n'est pas rien. Sur les rangs, un caïd, venu lui aussi d’outre-Atlantique, et qui a également adopté la britishitude de sa patrie d'adoption. Deux Américains cultivés, voilà qui devrait aider à parvenir à un « deal ». Mais il n’y a pas de mécanique parfaite quand on fait partie de la racaille, fût-elle tirée à quatre épingles. D’autant que, dans le marigot, ce ne sont pas les crocodiles qui manquent. Les gangs londoniens de seconde et troisième zones s'en mêlent, ainsi qu'une escouade d'improbables amateurs qui ambitionnent de mettre tout le monde d'accord. Et ça ne va pas s'arranger avec l'entrée dans la danse d'un certain Fletcher. Intermédiaire indélicat, détective vaguement privé, scribouillard véreux pour le compte d’un tabloïd, scénariste en déshérence, mercenaire de l'écriture et du renseignement, lui aussi singe les manières aristocratiques. Il prétend tirer les ficelles – et in fine les bénéfices – de cet immoral théâtre de marionnettes. Ou du moins l'espère-t-il. Mais, de retournement en retournement, le deus ex machina n'est jamais vraiment celui qu'on pense.

Ces quelques lignes ne font que résumer les balbutiements d'une intrigue policière à tiroirs comme seul le cinéma anglais sait en offrir. À la complexité du préambule répond une succession de scènes primitives, dont on voit bien que le réalisateur Guy Ritchie s'est régalé à les imaginer. Il y a un rare plaisir à s'accrocher aux branches d'un scénario tortueux, malin comme tout, faussement alambiqué, qui n'est finalement que le prétexte à mettre en scène, dans un environnement survolté, les échanges policés et souriants de nos so british entrepreneurs-truands. Les dialogues à double ou triple sens sont autant de petits morceaux de bravoure, et on ne peut que partager la jubilation avec laquelle les comédiens, tous en très grande forme, jouent leur partition et se répondent, conservant au plus fort de l'action un flegme qui ferait passer Droopy pour un chihuahua cocaïnomane. À ce jeu, si Matthew McConaughey maîtrise à la perfection l'alliage d'élégance et de cruelle douceur qui caractérise son personnage, c'est Hugh Grant, dans un quasi-second rôle génialement écrit et interprété, qui emporte le morceau. Esprit retors, sourires polis, savante dialectique, un whisky hors d'âge à la main, il est hilarant et méconnaissable, lui, la classe faite homme, en maître-chanteur parvenu. C’est d'ailleurs lui le narrateur. Lui qui ouvre le bal, en se faufilant chez Ray au début du film, pour lui raconter l’histoire que le spectateur va bientôt découvrir. Lui qui sait, ou croit savoir, jusqu'où ce joyeux bazar est capable de nous entraîner…

(avec la complicité involontaire de Sophie Avon, Sud Ouest, qui nous a fait découvrir ce petit bijou)