LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

"Un sale métier" à voir sur Mediapart
UN SALE METIER, c’est le titre (emprunté au Voleur de Georges Darien) d’un très chouette film réalisé par Pascal Catheland il y a quelques années, qui est visible en accès libre sur le site de Mediapart pendant une semaine à partir du 26 avril 2020 : Un sale métier / Mediapart. La présentation d...

LES GRANDS VOISINS, LA CITE REVEE
LES GRANDS VOISINS et Utopia Sainte Bernadette à MontpellierUne fois n’est pas coutume, à la suite de nos amis d’Utopia Tournefeuille, nous nous essayons à partager avec vous un film, LES GRANDS VOISINS - et de profiter autant que possible de ce moment pour discuter, ensemble, avec d’autres. San...

La Lettre de Wajdi Mouawad
“Nogent-sur-Marne, le 12 avril 2020Mon cher petit garçon, T’écrire ces quatre mots me bouleverse. Ils rendent si réel l’homme que tu es, en cet aujourd’hui qui est le tien, quand, dans celui qui est le mien, tu n’es encore qu’un enfant. Cette lettre je l’adresse donc à l’homme que tu n’es pas en...

SMALL IS BEAUTIFUL

Agnès FOUILLEUX - documentaire France 2010 1h46mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SMALL IS BEAUTIFULSmall is beautiful : ce qui est petit est beau… Ce qui nous fait dire que le sujet est en fait loin d'être épuisé et que tout dépend de la façon dont il est abordé. Et Agnès Fouilleux apporte plein de choses nouvelles, approfondit la réflexion, précise les enjeux. Très fouillé, rigoureux, percutant, généreux, aussi vivant que pédagogique, son film ne se contente pas d'expliquer pourquoi, comment et au profit de qui la production agricole s'est industrialisée ; il montre aussi, à travers la désertification des campagnes, l'empoisonnement de l'eau et des sols, la stérilisation des paysages, la confiscation des semences, la faim qui continue à accabler des populations entières.. à quel point cette agriculture industrielle s'est coupée de la réalité de la terre et des hommes, à quel point elle est mortifère pour l'avenir de la planète et de l'humanité.

Pour que rien ne nous échappe, Agnès Fouilleux donne la parole à des paysans, des universitaires, des chercheurs, des militants, des élus… et même à un lobbyiste sans état d'âme. Chaque intervention enrichit le propos, rend palpables les problèmes, renforce la cohérence du raisonnement. Dans un souci de mise en perspective historique, elle a l'excellente idée de nous faire entendre la voix d'Edgar Pisani, ancien Ministre de l'Agriculture et inventeur de la PAC (Politique Agricole Commune) qui reconnaît : « si l’on compare la quantité produite, le coût de la production, l’eau et l’énergie consommées, l’emploi créé, on arrive à la conclusion qu’il vaut mieux avoir 100 fermes de 50 hectares qu’une seule ferme de 5000 hectares. Je ne pense pas qu’il faille aller jusqu’à revenir à l’ancien mais il faut trouver un autre équilibre que celui que nous avons eu l’erreur de croire bon. »
Parmi les porteurs d'espoir, il faut entendre ce vieux paysan, ancien adepte de la pratique industrielle, qui explique les raisons de son changement de philosophie et le bonheur qu'il en éprouve. Ou Raoul Jacquin, co-fondateur de l'association Kokopelli (association pour la libération des semences et de l'humus), dont les aphorismes poétiques, le langage aussi fleuri que ses légumes sont enthousiasmants. Les alternatives sont là, elles existent, Agnès Fouilleux nous en montre quelques unes en action et qui marchent.