UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

Loi « sécurité globale » : « un outil pour permettre aux forces de l’ordre de cacher leurs dérapages »
Lu dans le journal Le Monde https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/11/05/loi-securite-globale-un-outil-pour-permettre-aux-forces-de-l-ordre-de-cacher-leurs-derapages_6058574_1653578.htmlJournalistes indépendants, collectifs, associations et syndicats se mobilisent contre un texte qu’...

SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE
Crowdfunding sur Ulule - cliquez sur « me prévenir du lancement » ou écrivez nous à pont-sainte-marie@cinemas-utopia.org... Lire SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE...

43ème CINEMED Séance unique le dimanche 17 octobre à 17h50 en présence du réalisateur Basil DA CUHNA

O FIM DO MUNDO

Basil DA CUNHA Portugal / Suisse 2019 1h47 VO (portugais) STF avec Michel David Pires Spencer, Lara Cristina Cardoso, Marco Joel Fernandes...Scénario de Basil da Cunha, Martin Drouot et Karim Bel Kacem

Du 17/10/21 au 17/10/21



Cueillir les fleurs sur le pavé est un exercice réservé aux poètes. Basil Da Cunha y excelle...Nous sommes à Reboleira, un bidonville dans la banlieue de Lisbonne. Sans avenir et pourtant pleins de vie, les laissés pour compte du capitalisme perpétuent quelques rémanences catholiques et cultivent une mystique du « no future » tempé-rée de système D, option délinquance. Après huit ans passés en centre fermé, le jeune Spira revient dans la maison de son père, parti tenter sa chance en Suisse ou au Luxembourg. Il traîne avec ses potes, s’embrouille avec un voisin coléreux, en pince pour une fille et cherche bien sûr comment gagner sa croûte dans ce quartier promis à la destruction. Les touristes envahissant Lisbonne, les loyers augmentent et les habitants doivent quitter le centre. Alors on détruit les quartiers périphé-riques pour les loger. Un matin, sans préavis, les bulldozers démolissent les vieux murs. Quant aux gueux qui vivaient là, qu’ils se débrouillent...Si le film de Basil Da Cunha tutoie la misère, il reste ouvert aux sollicitations du rêve. Un cheval blanc sert de déclic à l’éléva-tion spirituelle, à l’espoir d’un ailleurs. Brisé par l’incarcération, mal-aimé, malmené, Spira ne sombre pas dans le désespoir. Il a son coin de paradis, un panorama qui s’ouvre sur les toits de tôle du bidonville. Et assez d’imagination pour concilier un geste de rébellion contre les avancées du monde moderne et un feu d’artifice dédié à la femme aimée...Traqueur de beautés cachées, Basil Da Cunha a embauché les habitants de ce bidonville lisboète pour jouer des rôles proches de ce qu’ils sont dans la vie. Il les a entraînés sur les voies de la fiction, et son naturalisme enchanté magnifie leur humanité. (d’après cinemas-du-grutli.ch