UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

Loi « sécurité globale » : « un outil pour permettre aux forces de l’ordre de cacher leurs dérapages »
Lu dans le journal Le Monde https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/11/05/loi-securite-globale-un-outil-pour-permettre-aux-forces-de-l-ordre-de-cacher-leurs-derapages_6058574_1653578.htmlJournalistes indépendants, collectifs, associations et syndicats se mobilisent contre un texte qu’...

Dans le cadre du festival Migrant'scène 2021
Séance unique le jeudi 2 décembre à 19h, suivie d’une rencontre animée par la Cimade. En partenariat avec la LDH.

PARTIR ?

Mary-Noël NIBA - documentaire France, Cameroun 2019 1h19mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PARTIR ?La principale force de ce documentaire tient dans la singularité de son point de vue. Sa réalisatrice, Mary-Noël Niba, de nationalité camerounaise, s’intéresse en effet à des aspects de la migration clandestine en Europe qui sont rarement pris en compte. Le film entreprend d’éclairer ces zones d’ombre en relevant, d’un côté, la part de fantasme et d’aveuglement qui entre parfois dans la décision du départ, et en recueillant, de l’autre, la parole de ceux, plus nombreux qu’on le croit, qui reviennent au pays, laminés.
Venus du Cameroun ou du Sénégal, Stéphane, Léo et Cheikh témoignent ainsi non seulement de leur dépit quant à l’expérience elle-même, mais aussi du regret de n’être pas resté au pays pour y avoir une chance finalement plus certaine de ménager la misère et l’indignité. On écoute avec sidération l’extraordinaire témoignage de la Sénégalaise Bobe Gayeou, envoyée comme travailleuse dans les champs espagnols par son propre gouvernement, exploitée sans merci, et rentrée brisée au pays.
Le film fait également le point sur une réalité méconnue : le mauvais accueil fait à ceux qui rentrent, soupçonnés d’avoir démérité et souvent mis au ban de la société. La honte de l’échec forme ainsi comme une sorte de prison mentale pour les migrants, auxquels il faut un grand courage pour rentrer et affronter l’opprobre. Beaucoup n’y parviennent pas, préférant vivre une vie de misère dans un « eldorado » qui se referme sur eux comme un piège. Guy Roméo, jeune Camerounais qui a mis trois années de sa vie à venir en France, à approcher son idole, le rappeur Mac Tyer, et tenter une carrière similaire à la sienne, est dans ce cas.

(Jacques Mandelbaum, Le Monde)