UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

Loi « sécurité globale » : « un outil pour permettre aux forces de l’ordre de cacher leurs dérapages »
Lu dans le journal Le Monde https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/11/05/loi-securite-globale-un-outil-pour-permettre-aux-forces-de-l-ordre-de-cacher-leurs-derapages_6058574_1653578.htmlJournalistes indépendants, collectifs, associations et syndicats se mobilisent contre un texte qu’...

MICA

Ismael FERROUKHI - Maroc / France 2021 1h43mn - avec Zakaria Inan, Sabrina Ouazani, Azelarab Kaghat, Rachid Fekkak...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MICAMica, c’est le feel good movie par excellence. L’histoire débute dans le Maroc des plaines montagneuses, une splendeur à perte de vue. Un relief qui présente de belles perspectives bucoliques... mais pas économiques. Ici la ruralité est toujours à deux doigts de la misère. Pourtant on trime ! Mais on a beau trimer, les possibilités de gagner un peu de pognon ne sont pas légion. Il y a bien le marché, le souk, où un garçonnet que l’on découvre – notre jeune héros – va vendre les « micas », les sacs en plastique qui lui valent son surnom. Mica aux airs las, pas bien gras, propose inlassablement à chaque passant : un sac pour un dirham… Mais qu’achète-t-on avec un dirham ? Même pas l’un de ces petits oiseaux qui le font rêver. Et quand bien même, il a d’autres urgences. Sans que cela soit appuyé, on subodore que le peu qu’il gagne est ramené à la maison...



Mais ce jour-là, quand Mica revient au bercail, il va y découvrir Monsieur Hadj Kaddour, un homme au port noble et sévère, un taiseux à la barbe blanche recommandé par l’imam du coin. Ce sera son patron. Le voilà en partance à ses côtés pour Casablanca, sans effusion, sans larmes, le devoir familial, sa mère qui veille au grain, son père malade, sa fratrie trop jeune pour travailler… tout semble reposer sur les frêles épaules du garçon. Son domaine sera désormais une sombre remise transformée en chambre spartiate et puis évidemment tout le club de tennis, un grand domaine où il est destiné à servir de garçon à tout faire. Balayer, nettoyer, planter, ramasser, porter, bâtir, réparer, lisser les courts, ramasser les balles… tandis que les gosses de riches maniant bien le français prennent des cours particuliers. En plus du tennis se joue ici un tout autre jeu, celui des classes sociales. Ce plafond de verre invincible dont les vieilles générations se satisfont sans broncher, Mica a encore l’âge de vouloir le traverser, comme d’autres le font de la Méditerranée. Mais peut-être est-ce la même chose. Comme ceux-là, il en a trop vu, trop bavé, pour ne pas essayer de se faire une place au soleil. Il a au fond de lui la rage des humiliés, la volonté de ceux qui n’ont plus rien à perdre, la résilience des survivants. Et devant lui ? La chance de trouver des mains qui se tendent. Celles rêches de Hadj munies d’un martinet dont la dureté est censée préparer à celle de la vie. Celles aussi heureusement de Sophia, munies d’une raquette intransigeante mais porteuse d’espoir. Sauf que Sophia, ancienne championne embauchée pour entraîner les gosses de riches, ne l’est pas pour s’occuper d’un loqueteux… Qu'à cela ne tienne, on n'est pas forcément obligé d'obéir aveuglément aux consignes de son employeur...

On devine où nous entraîne le fil de l’histoire, mais peu importe. Ismael Ferroukhi brosse un tableau lumineux de notre monde, qui s’indigne de ses noirceurs, ne cherche pas à les cacher mais les allège par son optimisme, sa générosité, sa poésie. Mica, grâce à quelques oiseaux, quelques nuages, grâce aux menus objets qu’il rafistole, s’élève au dessus de la mêlée et nous emmène à tire d’aile, loin de sa réalité engluante. C’est un personnage digne d’un conte, un petit personnage dont on n’aimerait pas que les rêves s’achèvent dans de sombres eaux abyssales aux portes de l’Europe…