UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

Loi « sécurité globale » : « un outil pour permettre aux forces de l’ordre de cacher leurs dérapages »
Lu dans le journal Le Monde https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/11/05/loi-securite-globale-un-outil-pour-permettre-aux-forces-de-l-ordre-de-cacher-leurs-derapages_6058574_1653578.htmlJournalistes indépendants, collectifs, associations et syndicats se mobilisent contre un texte qu’...

CONFESSION D’UN COMMISSAIRE DE POLICE au Procureur de la république

Damiano DAMIANI - Italie 1971 1h48mn VOSTF - avec Martin Balsam, Franco Nero, Marilu Tolo, Claudio Gora... Scénario de Damiano Damiani, Fulvio Gicca Palli et Salvatore Laurani. Musique (sublime !) composée par Riz Ortolani.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CONFESSION D’UN COMMISSAIRE DE POLICE au Procureur de la républiqueL’Italie n’a pas seulement inventé la mafia, elle a aussi inventé les films qui dénoncent le mieux la tristement célèbre organisation criminelle ! Et si le cinéma américain « mythologise » volontiers les gangsters italiens de Chicago à New York, de Al Capone à Corleone, leur accordant un sens du tragique, une droiture envers la famille et une certaine classe dans le geste… meurtrier, le cinéma italien, lui, idéalise beaucoup moins la chose, préférant la dénonciation brute, réaliste et courageuse de ce système violent et impitoyable, qui gangrène et terrorise toute la société de la péninsule, les régions du sud étant particulièrement touchées.

Le film de Damiano Damiani, dont le récit se situe à Palerme en Sicile au début des années 1970, est de cette trempe-là, de ce calibre-là si je puis dire, car il est bien ici question de rendre les coups. C’est en tout cas la voie dans laquelle va s’engager le commissaire Bonavia (excellent Martin Balsam), traumatisé, écœuré par les meurtres à répétition de la mafia locale, qui va sciemment faire libérer de l’asile un déséquilibré dont il sait qu’il ira dès sa sortie tuer l’homme d’affaire Ferdinando Lommuno, celui-là même qui a contribué à le faire interner. Lommuno est un promoteur immobilier véreux, en maille avec les notables de la ville, maire et banquiers achetés par la mafia, que le commissaire, malgré tous ses efforts, n’a jamais réussi à arrêter.
Mais la tentative de meurtre détournée de Bonavia échoue, ne laissant qu’un terrible bain de sang. Entre alors en scène le jeune et vertueux Traini (Franco Nero), substitut du procureur, qui va tenter tout à la fois de confondre les agissements illégaux de Bonavia, coincer Lommuno et dénoncer la corruption régnant dans la ville. Mais en Sicile, la justice s’arrête là où commencent les enjeux de pouvoir et d’argent dictés par la Cosa Nostra. Sa loi : le profit, le silence. Sa sanction : la mort. Et quand, le temps d’une scène, on découvre, plan par plan, le corps d’une femme assassinée littéralement coulé dans une dalle de béton qui servira à la construction d’un immeuble de Palerme, on réalise tout à coup l’étendue (véridique) du cauchemar.

N’ayant rien à envier – au plan du constat et de la portée politique – au célèbre Main basse sur la ville de Francesco Rosi (1963), Confession d’un commissaire de police… est un réquisitoire sans appel ni illusions, qui analyse avec une précision brutale les mécanismes de la corruption généralisée, les manipulations et assassinats à l’intérieur d’une société par le biais de l’expérience d’un individu pris dans les engrenages d’une machine qui, inexorablement, le broie. Un coup de maître pour le réalisateur Damiano Damiani et une vraie claque cinématographique pour nous spectateurs.