UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

Loi « sécurité globale » : « un outil pour permettre aux forces de l’ordre de cacher leurs dérapages »
Lu dans le journal Le Monde https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/11/05/loi-securite-globale-un-outil-pour-permettre-aux-forces-de-l-ordre-de-cacher-leurs-derapages_6058574_1653578.htmlJournalistes indépendants, collectifs, associations et syndicats se mobilisent contre un texte qu’...

CHRISTINE

John CARPENTER - USA 1983 1h51mn VOSTF - avec Keith Gordon, John Stockwell, Alexandra Paul, Robert Prosky, Harry Dean Stanton, Kelly Preston... Scénario de Bill Phillips, d’après le roman de Stephen King.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CHRISTINEAprès Carrie (Brian De Palma, 1976) et The Shining (Stanley Kubrick, 1980), après la collaboration avec George Romero sur le film à sketches Creepshow (1982), la seule année 1983 voit arriver sur les écrans pas moins de trois nouvelles adaptations de romans de Stephen King : Cujo (Lewis Teague), Dead Zone (David Cronenberg) et, donc, Christine, par John Carpenter (c’est d’ailleurs, presque étonnamment, la seule adaptation de King par Carpenter).
Christine le film a été mis en chantier avant même la parution du roman, selon une formule qui sera par la suite systématiquement appliquée : les producteurs achètent les droits parfois sur l’annonce du seul titre, persuadés qu’il s’agira de toute façon d’un best-seller. À cette date, le réalisateur est dans une période difficile : son précédent film, The Thing, a été un désastre tant critique que public (et pourtant il est devenu depuis un classique). Film de commande, rarement commenté, mal aimé dans la filmographie de son auteur, Christine est probablement l’un de ses plus attachants.

Arnie est jeune, timide et complexé. Christine est carrément vieille et laide. Pourtant, dès le premier regard, c’est le coup de foudre. Grâce aux bons soins d’Arnie, Christine redevient belle et chromée. Car Christine est une automobile, une voiture, une bagnole. Maléfique de surcroît. En fait, il y a deux Christine en une. La première est diabolique et s’amuse à se venger de tous ceux qui l’ont offensée. La seconde tue moins par vice que par amour. Jalouse, elle se débarrasse de toutes celles qui tentent de la supplanter dans le cœur de ses propriétaires successifs.

On sent constamment John Carpenter tenté d’abandonner la Christine perverse pour la Christine passionnée, beaucoup plus inquiétante, donc intéressante… Tel qu’il est, le film séduit : le brillant l’emporte sans conteste sur le clinquant.

(d’après Elias Fares, DvdClassik, et Bernard Murat, Télérama)