UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

Loi « sécurité globale » : « un outil pour permettre aux forces de l’ordre de cacher leurs dérapages »
Lu dans le journal Le Monde https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/11/05/loi-securite-globale-un-outil-pour-permettre-aux-forces-de-l-ordre-de-cacher-leurs-derapages_6058574_1653578.htmlJournalistes indépendants, collectifs, associations et syndicats se mobilisent contre un texte qu’...

CE PLAISIR QU’ON DIT CHARNEL

(Carnal knowledge) Mike NICHOLS - USA 1971 1h40mn VOSTF - avec Jack Nicholson, Candice Bergen, Ann-Margret, Arthur Garfunkel, Carol Kane... Scénario de Jules Feiffer.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CE PLAISIR QU’ON DIT CHARNELDepuis l’université jusqu’à l’âge mûr, l’itinéraire psychologique, sentimental et sexuel de deux hommes (Nicholson et Garfunkel sans Simon sont sur un plateau, l’un éclipse totalement l’autre, devinez lequel crève l’écran) : au fil d’une vingtaine d’années, Jonathan et Sandy face aux femmes, face à la femme, à la féminité.

Cinquante après sa réalisation, cette vision féroce de l’homme américain, entre humour et cruauté, fait encore mouche. Grâce à l’écriture incisive de Jules Feiffer – dessinateur de presse et de BD aussi célèbre à l’époque que corrosif toujours –, à la mise en scène très sûre de Mike Nichols – déjà réalisateur de Qui a peur de Virginia Woolf (1965), et surtout Le Lauréat (1968) –, et au formidable trio Nicholson / Candice Bergen / Ann-Margret.
À l’heure de la libération sexuelle du début des années 70, Jonathan, le séducteur cynique, et Sandy, l’incurable romantique, constituent les deux faces d’un Américain type à la recherche de la « femme idéale ». Sans prendre parti pour l’un ou l’autre, Mike Nichols leur oppose des femmes qui donnent le tournis mais qui mènent la danse, voire font tourner en bourrique les deux mâles.