UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

MEURTRE DANS UN JARDIN ANGLAIS

(The Draughtman's contract) Écrit et réalisé par Peter GREENAWAY - GB 1983 1h43mn VOSTF - avec Anthony Higgins, Janet Suzman, Anne-Louise Lambert, Hugh Fraser, Lynda La Plante... Musique de Michael Nyman - COPIE NUMÉRIQUE RESTAURÉE.

Du 30/11/22 au 20/12/22

MEURTRE DANS UN JARDIN ANGLAISC’est le film qui fit découvrir Peter Greenaway, le plus accessible certainement de son œuvre, le plus ludique – il joue avec nous, nous jouons avec lui –, le plus excitant, celui qui procure le plus de plaisir… Avec la musique de Michael Nyman, directement inspirée de Purcell, que vous allez tous reconnaître…

Monsieur Neville est ambitieux. Ambition contrariée par son insolence et son indolence naturelles. En cet été de 1694, il est en villégiature chez Monsieur Herbert, à Compton Anstey, dans le verdoyant Wilshire. Pressé par Madame Herbert, Neville signe avec elle un curieux contrat : pour le prix de douze dessins de la propriété, il aura l’entière liberté d’user de la plus intime hospitalité de son hôtesse.
Par d’adroites manœuvres et un élégant chantage, on se servira de son opportunisme et de sa paradoxale naïveté pour le plonger jusqu’au cou, et à son insu, dans une ténébreuse affaire, où le crime d’adultère fera figure d’insignifiante broutille…
Des crimes, il y en a dans le film, mais pas toujours ceux que l’on croit, ou ceux auxquels on s’attend. Dérouté, surpris, constamment intrigué, le spectateur tente de trouver des réponses à ces énigmes, à ces mystères qui peuplent ce superbe jardin anglais. Et plus il croit avancer vers la solution, plus il s’en éloigne. Fin ouverte, questions sans réponses, toute la magie du film réside dans cette brume, ce flou si étranges et fascinants.

Mais le film n’est pas qu’une intrigue « policière » ; c’est aussi un fruit vénéneux, où la perversité se taille la part du lion. L’art et le sexe y font bon ménage, tout comme le jeu du pouvoir. Un délice, d’une élégance et d’une ironie délectables…